Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.10.2011 15h55
Des tribus yéménites attaquent un oléoduc d'exportation de pétrole à Marib

Selon la déclaration d'un responsable de la sécurité provinciale ce mercredi, un groupe de tribus armés yéménites ont fait sauter un oléoduc d'exportation de pétrole dans la province nord-est de Marib..

C'est le huitième du genre en moins d'un mois qui a interrompu un débit estimé à 125 000 de barils par jour à travers la ligne de Ras Issa terminal sur la Mer Rouge, a déclaré le responsable.

Le responsable, sous condition d'anonymat, a déclaré à Xinhua qu'un "chef tribal nommé Hassan Dhaneen, dont les adeptes ont été embauchés par le gouvernement pour protéger l'oléoduc dans leur région de Marib, a été en litige avec les autorités locales à cause de paiements depuis le début de ce mois. Le responsable a ajoute que Dhaneen a revendiqué la responsabilité de toutes les attaques précédentes.

Toutes les médiations entre le chef tribal et les autorités de sécurité du gouvernement ont jusqu'ici échoué à satisfaire les exigences financières du groupe de Dhaneen.

Le 6 octobre, le même groupe de tribus armées ont attaqué une autre partie de l'oléoduc, selon le responsable.

Le ministre du Commerce et de l'Industrie du Yémen, Hisham Sharaf a déclaré plus tôt que le gouvernement a perdu près d'un milliard de dollars américains en raison des attaques sur l'oléoduc clé.

Outre les problèmes tribaux, ce pauvre pays arabe a également été sous l'emprise des troubles politiques de longue durée depuis fin Janvier.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
Nouvelles principales du 19 octobre
Les Etats-Unis jouent au voleur volé en accusant la Chine d'être « manipulatrice de taux de change »
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
L'heure n'est pas à la baisse des taux