Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 26.10.2011 13h29
Le président de la Chambre basse américaine réaffirme son opposition à la loi sanctionnant la devise chinoise

Le président de la Chambre des Représentants des États-Unis John Boehner a réitéré mardi son opposition à l'adoption d'un projet de loi voté par le Sénat sur la prétendue manipulation de change de la Chine, estimant qu'il s'agissait d'une "politique très dangereuse".

M. Boehner a déclaré lors d'une conférence de presse que c' était le président Barack Obama devrait mener la marche sur la question de la devise chinoise.

"Le fait est que le président des États-Unis devrait prendre position", a-t-il dit.

M. Boehner avait déjà fait clairement connaître son opinion après l'adoption par le Sénat de ce projet de loi, qui menace les produits chinois de tarifs douaniers punitifs et presse Beijing de relever le taux de change de sa devise, le yuan. Pour que ce projet de loi entre en vigueur, il doit d'abord passer le vote de la Chambre, contrôlée par les Républicains, et être ratifiée par le président Obama.

Lors d'une audience de la Chambre sur les pratiques commerciales de la Chine, le président de la Commission des voies et moyens de la Chambre des Représentants américaine, Dave Camp, a abondé dans le sens de M. Boehner, estimant qu'une telle loi "ne répondra pas aux nombreuses questions que nous avons avec la Chine ".

Il a également appelé l'administration Obama à dire au Congrès ce qu'il "devrait faire ou pas" concernant les pratiques commerciales et la devise de la Chine.

Dans un discours plus tôt ce mois-ci, M. Obama a exprimé ses préoccupations concernant ce projet de loi sur la devise chinoise, qui pourrait ne pas être conforme aux traités internationaux et aux obligations des États-Unis, et être condamné par l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Comparaissant devant la Commission des voies et moyens, la sous- secrétaire aux affaires internationales du département du Trésor américain, Lael Brainard, a déclaré qu'une telle mesure "ne fera pas disparaître notre déficit commercial" avec la Chine. Plusieurs aspects de la législation considérée "soulèvent en effet des préoccupations sur la conformité avec nos obligations internationales" a-t-elle déclaré.

La Chine a vivement critiqué le Sénat américain pour avoir adopté le 11 octobre un projet de loi sur la devise chinoise, estimant qu'il s'agit d'une "infraction grave aux règles de l'OMC" susceptible de faire dérailler les relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Turquie: le bilan provisoire des victimes du séisme dans la province de Van s'élève à 279
Nouvelles principales du 25 octobre
La méthode statistique en application exagère sérieusement la balance favorable du commerce chinois
L'« époque de Kadhafi » est révolue en Libye
Dénigrer la Chine est une mauvaise façon de faire campagne