Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.11.2011 16h47
Le président afghan appelle les pays voisins à l'aider dans la lutte contre le terrorisme

Le président afghan Hamid Karzaï a rappelé mercredi que la paix ne serait possible en Afghanistan qu'avec l'aide des pays voisins dans la lutte contre les "groupes terroristes".

"Les réseaux terroristes constituent de loin le principal obstacle à la paix en Afghanistan", a déclaré M. Karzaï à Istanbul, au cours d'une conférence internationale visant à établir un plan de route pour l'avenir de son pays.

Lors de la conférence, l'assistant du ministre chinois des Affaires étrangères, Liu Zhenmin, a appelé la communauté internationale à apporter une assistance continue à l'Afghanistan. Il a également réitéré le soutien indéfectible de la Chine au processus de reconstruction du pays.

La Chine, en tant que membre de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), invite l'Afghanistan à se joindre aux activités de cette organisation, a souligné M. Liu.

"Nous sommes prêts à coopérer de manière plus étroite avec les autres pays de l'OCS, dans des domaines tels que le contrôle du traffic de drogue, la lutte anti-terroriste et la gestion des frontières", a-t-il précisé.

Les représentants de 29 pays ainsi que de divers organismes d'aide internationale ont pris part à la conférence d'Istanbul, qui se tient presque 10 ans après que la milice Taliban ait été chassée du pouvoir à Kaboul.

La conférence d'Istanbul est destinée à tracer les grandes lignes du futur de l'Afghanistan, tandis que la mission de l'Otan travaille à un calendrier de retrait de ses troupes du pays asiatique d'ici 2014.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l'Afrique
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?