Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.11.2011 08h57
Les économies avancées devraient assumer la responsabilité de soutenir la croissance, selon la chef du FMI (INTERVIEW)

Les économies avancées devraient assumer la responsabilité de soutenir la croissance, et la coordination mondiale est cruciale pour la relance de l'économie mondiale, a déclaré la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde dans un récent entretien écrit accordé à Xinhua.

Le monde est confronté à un ensemble complexe de risques de récession, a averti Mme Lagarde, qui a indiqué que "la reprise des grandes économies avancées est très faible, et un certain ralentissement est visible dans les économies émergentes."

"Puisque les économies avancées sont au centre de la tourmente actuelle, elles ont une responsabilité particulière pour mettre en œuvre des politiques visant à restaurer la confiance et renforcer la croissance. À cet égard, les récentes décisions prises par les dirigeants de la zone euro, et par les dirigeants du G20 lors du sommet de Cannes, sont des pas en avant dans la bonne direction", a-t-elle estimé.

Cet entretien a été accordé avant la première visite en Chine de Mme Lagarde en tant que chef du FMI. Sa visite, après un voyage en Russie, se déroulera de mercredi à vendredi.

Les économies avancées devraient s'efforcer de trouver un juste équilibre dans les politiques fiscales et monétaires visant à promouvoir la stabilité et la croissance, aller de l'avant avec les politiques structurelles pour stimuler la compétitivité et l'emploi, et renforcer la réglementation financière pour rendre le secteur financier plus sûr et plus stable et le remettre au service de l'économie réelle, a indiqué Mme Lagarde.

La patronne du FMI a également appelé à une coordination mondiale pour favoriser la relance de l'économie mondiale.

"Nous avons tous besoin de travailler collectivement pour parvenir à une reprise mondiale forte, soutenue et équilibrée, qui profite à tous", a déclaré Mme Lagarde.

"Comme cela a été clairement démontré ces dernières années, l'accroissement des liens d'interdépendance économique au niveau mondial signifie que ce qui se passe dans un pays a souvent des répercussions importantes sur les autres. Il est essentiel que nous comprenions ces liens et que nous les intégrions dans les discussions bilatérales que nous avons avec chaque pays", a-t-elle dit.

"Au FMI, nous nous efforçons d'approfondir notre analyse de ce que l'on appelle les effets de contamination économiques entre les pays, et nous cherchons des moyens d'améliorer notre cadre de surveillance pour encourager une meilleure intégration entre nos travaux bilatéraux et multilatéraux", a ajouté Mme Lagarde.

Sur le rôle de la Chine dans la croissance mondiale, la directrice générale du FMI a déclaré que la Chine avait apporté une contribution "substantielle" à la croissance mondiale, et qu'elle jouait maintenant un rôle très important dans le système économique et commercial mondial ainsi que dans les principales institutions économiques internationales, y compris le FMI.

Elle a ajouté qu'elle était heureuse de compter Zhu Min, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale de Chine, parmi les membres de son équipe de direction à la tête du FMI.

"Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui, ce qui se passe en Chine a d'importantes conséquences économiques pour le reste du monde", a-t-elle souligné.

"Nous voyons également la Chine jouer un rôle plus important dans les affaires économiques mondiales, notamment par une participation active au sein du G20. J'ai été ravie d'avoir l'occasion - et j'ai eu le plaisir - de rencontrer le président Hu Jintao lors du récent sommet de Cannes", a indiqué Mme Lagarde.

"Je me suis rendue de nombreuses fois en Chine par le passé, mais ce sera ma première visite en Asie et en Chine en tant que directrice générale du FMI", a précisé Mme Lagarde. La chef du FMI se considère "une amie de longue date de la Chine" et se réjouit toujours à l'idée de revenir dans ce pays dont elle apprécie l'histoire et la culture d'une grande richesse.

"J'attends avec impatience de pouvoir écouter les autorités chinoises, de renconter les hauts dirigeants chinois et d'échanger des vues avec eux. C'est l'occasion d'en savoir plus sur leurs perceptions de la situation économique mondiale, sur la façon dont la Chine peut aider à renforcer l'économie mondiale, et sur la façon dont la coopération internationale peut être améliorée et la stabilité du système financier mondial être sauvegardée", a ajouté Mme Lagarde.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l'Afrique
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?