Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.11.2011 13h32
Le ministre israélien de la Défense appelle à des actions contre l'Iran

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a appelé dimanche à prendre des actions contre l'Iran pour empêcher ce pays d'acquérir l'arme nucléaire, estimant que "le temps était venu".

En revanche, il n'est pas allé jusqu'à parler ouvertement d'une attaque de son pays contre l'Iran. "Je ne pense pas que ce sujet puisse être discuté publiquement", a-t-il précisé.

"Mais je peux vous dire que le rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a eu un effet dégrisant sur beaucoup de dirigeants dans le monde, ainsi que sur le grand public, et que les gens comprennent que le moment est venu d'agir", a indiqué le ministre israélien sur la chaîne de télévision CNN, lors d'une interview.

Il faisait ainsi référence au rapport publié le 8 novembre par l'AIEA. Ce rapport a mis en évidence certaines activités iraniennes dans le domaine nucléaire suggérant clairement que la fabrication clandestine d'armes atomiques était en cours, incitant du coup les Etats-Unis et certains pays européens à alourdir leurs sanctions à l'encontre de l'Iran.

Quelques jours avant la publication du rapport de l'AIEA, la presse israélienne a rapporté que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et M. Barak essayaient d'obtenir le soutien de leur gouvernement dans une action militaire contre l'Iran.

M. Barak a déclaré que le directeur général de l'AIEA, Youkiya Amano, avait "décrit sans détours ce qu'il avait trouvé" en Iran, faisant du programme nucléaire iranien "un problème majeur, appelant des sanctions et des tractations diplomatiques intensives, et cela de toute urgence".

"Les gens savent maintenant que l'Iran est déterminé à posséder des armes nucléaires. Il n'y aucune autre explication possible ou concevable à ce qu'ils sont en train de faire. Il faut y mettre fin", a-t-il martelé.

M. Barak a averti qu'un Iran doté de l'arme nucléaire risquait de transformer toute la région en poudrière atomique, en incitant les autres puissances régionales comme l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Egypte à se doter également d'un arsenal nucléaire, sans compter les risques de voir du matériel nucléaire tomber aux mains de terroristes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois arrive à Bali pour les réunions des dirigeants de l'Asie de l'Est
Nouvelles principales du 16 novembre
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis