Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.11.2011 13h07
La Ligue arabe lance un ultimatum à la Syrie pour qu'elle accepte la présence d'observateurs (SYNTHESE)

La Ligue arabe (LA) a donné un ultimatum à la Syrie jeudi en lui demandant de signer dans les 48 heures un projet de protocole autorisant l'envoi d'une mission d'observation dans le pays, sous peine de sanctions.

Selon l'ultimatum, publié à l'issue d'une réunion de crise des ministres arabes des Affaires étrangères au Caire, si la Syrie refusait de signer le protocole, le Conseil économique et social arabe se réunirait samedi pour discuter de sanctions économiques contre la Syrie.

Les sanctions comprennent la fin des transactions arabes avec la banque centrale syrienne, le gel des avoirs du gouvernement syrien ainsi que l'annulation des vols vers le pays.

Les responsables de l'organisation pan-arabe pourraient également décider de cesser les échanges commerciaux avec le gouvernement syrien "à l'exception des produits de première nécessité afin de ne pas affecter la population".

Ces sanctions de la LA pourraient sonner le glas de l'économie syrienne, qui dépend fortement des échanges commerciaux avec ses voisins arabes.

L'économie syrienne connaît d'importantes difficultés en raison des troubles qui persistent depuis la mi-mars dans le pays, ainsi que des sanctions des Etats-Unis et de l'UE qui frappent les exportations de pétrole et certaines entreprises d'Etat.

La LA, qui a suspendu la Syrie, a déclaré qu'elle enverrait immédiatement une mission d'observateurs arabes dans le pays, conformément au projet de protocole, si la Syrie le signait.

L'organisation pan-arabe a également exhorté le gouvernement et l'opposition en Syrie à mener un dialogue national pour mettre fin à la violence et trouver une sortie de crise.

Selon des informations antérieures, la Syrie a accepté d'autoriser les observateurs à se rendre dans le pays pour protéger les civils contre la violence. Toutefois, les autorités syriennes ont démenti ces informations en affirmant qu'elles attendraient de voir ce que les ministres décideraient.

Au cours de nouvelles violences mercredi, au moins 13 personnes ont été tuées lors d'affrontements entre forces de sécurité et groupes extrémistes dans la province centrale de Homs.

Depuis la mi-mars, les affrontements ont fait plus de 3 500 morts, selon les estimations de l'ONU.

La poursuite des violences en Syrie a incité la communauté internationale à prendre des mesures plus sévères contre Damas.

Mardi, la Troisième Commission de Assemblée générale de l'ONU a adopté une résolution condamnant la Syrie pour les violations des droits de l'Homme, ce qui a provoqué de vives critiques de la part de Damas, qui y voit une démarche à motivation politique initiée par Washington.

Cette résolution non contraignante, parrainée par l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, a été adoptée par 122 voix pour contre 13, avec 41 abstentions. Elle appelle les autorités syriennes à mettre en œuvre le plan de paix proposé par la LA.

Mercredi, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a plaidé pour la création de "corridors humanitaires" en Syrie pour faire parvenir des médicaments et autres matériels humanitaires aux populations civiles.

La France est la première grande puissance occidentale à demander une intervention internationale.

Le comité de la LA a adopté son projet de protocole le 16 novembre à Rabat, capitale du Maroc, mais la Syrie a demandé à modifier la décision du comité concernant l'envoi de 500 observateurs pour surveiller la mise en œuvre du plan de paix.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les ministres de la Défense de la Chine et du Ghana souhaitent renforcer les liens militaires entre les deux pays
Nouvelles principales du 25 novembre
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?
L'entrée de la Chine à l'OMC il y a dix ans fut une decision juste
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine