Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.12.2011 08h38
Le Danemark est prêt à discuter de modifications sur le traité de l'UE (Première ministre)

Le gouvernement danois est prêt à discuter de changements éventuels sur le traité de l'Union européenne (UE), a fait savoir la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, citée lundi par l'agence de presse Ritzau.

"Ce qu'on peut dire pour le moment, c'est que la question des modifications à apporter au traité de l'UE est l'un des sujets que nous devrons examiner lors du prochain sommet de l'UE, et que ce sera aussi l'une des composantes des 6 mois à venir, lors de la présidence danoise de l'UE", a indiqué Mme Thorning-Schmidt.

Le Danemark préfèrerait en réalité des changements mineurs sur le traité, mais qui concerneraient les 27 Etats membres et non pas seulement les 17 pays de la zone euro, selon l'article de Ritzau.

Ces commentaires de Mme Thorning-Schmidt font suite aux appels lancés lundi par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy en faveur d'un traité plus dur pour résoudre la crise de la dette dans la zone euro.

Au coeur des changements proposés, il est envisagé d'imposer une plus grande surveillance des budgets des Etats membres et des sanctions plus lourdes pour les pays qui échouent à respecter les règles budgétaires.

Lors d'une conférence de presse vendredi dernier, la Première ministre a déclaré que la priorité était avant tout de résoudre la crise économique de l'Union européenne.

"Notre position est très simple : s'il y a nécessité de modifier le traité, les changements doivent être d'ampleur limitée et aussi limités dans le temps. [...] Nous sommes en ce moment-même au coeur d'une crise économique et nous devons résoudre cette crise", a souligné Mme Thorning-Schmidt.

La Première ministre danoise, qui dirige le gouvernement de coalition de centre-gauche, est confrontée à des critiques de la part des partis d'opposition qui estiment qu'elle fait preuve d'un excès de prudence alors qu'il faudrait selon eux profiter de la présidence danoise de l'UE, qui débutera le 1er janvier prochain, pour discuter de changements à apporter au traité, selon l'agence Ritzau.

"Nous n'avons pas peur d'éventuels changements sur le traité", a dit Mme Thorning-Schmidt à l'agence Ritzau. "Nous sommes favorables à la discussion, et il peut y avoir des avantages à assurer la discipline [financière] dans les pays de la zone euro", a-t-elle ajouté.

Elle a cité la Grèce, pays lourdement endetté, comme exemple d'Etat membre de la zone euro où "il n'y a pas eu suffisamment de discipline budgétaire".

"Il ne faut pas perdre de vue qu'il peut être avantageux pour le Danemark d'obtenir des changements dans le traité qui permettent d'assurer la nécessaire discipline budgétaire dans les pays de la zone euro", a-t-elle fait valoir.

Le Danemark n'est pas membre de la zone euro. Le pays a gardé sa monnaie nationale, la couronne danoise.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclatée ?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis