Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.12.2011 15h03
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine

Le Président Obama place ses espoirs de réélection dans un changement de politique qui menace les liens commerciaux entre les deux pays.

Les récentes initiatives du Président américain Obama visant la Chine ont en effet assombri les relations sino-américaines.

Lors du Sommet de l'Asie de l'Est qui vient de se conclure, Barack Obama a réaffirmé le renforcement de la présence américaine en Asie et annoncé une position sur le sujet sensible de la Mer de Chine Méridionale en contradiction avec la diplomatie de Beijing sur ce problème. Lors de sa visite précédente en Australie, il a également dévoilé un plan de stationnement de 2 500 militaires américains dans ce pays lors des cinq prochaines années. Tout cela, en même temps que les remarques provocatrices faites par l'administration Obama sur le taux de change du Yuan et toute une série d'actions qui ont porté atteinte aux intérêts-clés de la Chine, dont des ventes d'armes à Taiwan, la rencontre du Président Obama avec le Dalai Lama et le nombre croissant des enquêtes anti-dumping et anti-subventions contre la Chine, ont gravement affecté le développement stable des relations économiques et commerciales sino-américaines.

Auparavant, Barack Obama était considéré par Beijing comme un dirigeant pragmatique, comme l'avaient montré ses efforts pour établir le mécanisme de Dialogue Stratégique et Economique avec la Chine et travailler avec Beijing pour contrer la crise financière mondiale et résoudre les autres problèmes majeurs du monde. Hélas, les derniers développements sont une indication qu'il y a eu un changement dans la politique de l'administration Obama à l'égard de la Chine, face à un taux de chômage qui reste désespérement élevé et une croissance économique faible aux Etats-Unis.

Une escalade des tensions entre les Etats-Unis et la Chine est tout sauf sage à un moment où la Chine est le plus gros détenteur de la dette nationale américaine et son marché d'exportation à la plus forte croissance. Au contraire, des relations économiques et commerciales plus fortes avec la Chine aideront sans aucun doute les Etats-Unis à créer plus d'emplois et à accélérer le rythme de sa reprise économique, ce dont ils ont tant besoin.

Bien qu'elle ait réussi à sortir d'une récession persistante, l'économie américaine n'a pour autant pas réussi à obtenir une reprise durable. Le taux de chômage actuel aux Etats-Unis reste à 9% et l'Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques estime qu'il devrait rester à 8,9% environ l'année prochaine. Handicapé par un tel taux de chômage, le taux de croissance économique des Etats-Unis au troisième trimestre, le plus fort pourtant des trois premiers trimestres de l'année, n'a été que de 2%. Et d'après des prévisions du Fonds Monétaire International de septembre dernier, la plus grande économie du monde aura un taux de croissance de 1,8% l'année prochaine et ne sera pas en mesure de résister efficacement aux effets du moindre risque majeur venant de l'extérieur. Comme l'institut de sondage Bill McInturff l'a remarqué, l'indice de confiance du consommateur américain moyen est en général de 95 quand un président est réélu et de 76 s'il perd cette élection. En novembre, cet indice n'était que de 55, signe que les perspectives de réélection du Président Obama sont particulièrement sombres.

Barack Obama s'est engagé à doubler les exportations américaines dans les cinq ans qui viennent, mais pour réaliser un plan aussi ambitieux, il lui faudrait un taux de croissance annuel de 15% ! Mais la Chine a été le seul marché où les Etats-Unis ont su maintenir un aussi fort taux de croissance depuis 2000. Et d'ailleurs, cet élan des exportations américaines s'est poursuivi cette année, avec 18,3% pour les neuf premiers mois. Pour pouvoir atteindre cet objectif, Washington devrait reconnaître l'importance d'un marché extérieur stable. Et elle devrait aussi savoir que des restrictions plus fortes imposées aux exportations vers la Chine ne feront qu'aggraver l'environnement du commerce international actuel et feront que l'objectif sera inatteignable.

La politique actuelle de contention de la Chine encouragée par le Congrès américain et l'administration Obama, si elle reste incontrôlée dans l'avenir, causera de façon inévitable des dommages considérables aux progrès, autrement sains, des relations entre les deux pays, et conduira probablement leurs liens économiques et commerciaux au bord de la guerre commerciale. L'inversion du modèle de commerce gagnant-gagnant établi depuis longtemps ne portera pas seulement atteinte aux intérêts de la Chine, mais il portera aussi atteinte aux intérêts des entreprises multinationales américaines établies en Chine. Des statistiques du Bureau des Analyses Economiques américain montrent que les revenus de vente des filiales d'entreprises multinatinales américaines ayant des investissements directs en Chine est passé de 3,23 milliards de Dollars US à 243,77 milliards de Dollars US en 2009.

Dans ce contexte de mondialisation croissante, la signification des liens économiques et commerciaux entre les deux plus grandes economies du monde va bien au delà d'un simple aspect bilatéral. Ce qui fait que, par conséquent, une guerre commerciale entre les deux pays aurait de vastes effets au niveau mondial.

La coopération sino-américaine a montré qu'elle était bénéfique pour les deux côtés, et que donc les deux pays devraient essayer de tenir les liens économiques et commerciaux bilatéraux à l'écart de tout facteur politique restrictif. L'antagonisme et les menaces unilatérales n'apporteront rien de bon aux liens économiques et commerciaux hautement interdépendants entre les deux pays. Les politiciens de Washington devraient considérer les liens économiques et commerciaux des Etats-Unis avec la Chine sur le long terme, et même dans une perspective d'intérêt propre, et essayer de réfréner leur tendance à vouloir sans cesse tomber à bras raccourcis sur la Chine.


L'auteur Li Wei est chercheur à l'Académie Chinoise de Coopération Economique et Commerciale Internationale.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Eu egard a la taille indispenablement grande des marches nationaux respectifs, les relatio...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclatée ?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis