Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.12.2011 10h09
Le Royaume-Uni rejoindra les discussions de l'UE pour répondre à la crise de la dette

Les responsables britanniques rejoindront les discussions que mènent leurs homologues de l'UE pour négocier un nouvel accord budgétaire, a déclaré vendredi un porte-parole de Downing Street.

"Le Premier ministre a réaffirmé qu'il souhaitait le succès du nouvel accord budgétaire, et qu'il souhaite trouver la bonne voie pour aller de l'avant et assurer que les institutions de l'UE remplissent leur rôle de gardien du traité de l'UE sur des questions comme celle du marché unique", a déclaré le porte-parole s'exprimant au nom du chef de gouvernement britannique David Cameron.

"C'est pourquoi nous avons accepté aujourd'hui de participer aux discussions techniques pour faire avancer ces travaux", a-t-il dit, ajoutant que le Conseil européen les avait inviter à rejoindre ces discussions avec les 17 pays de la zone euro et neuf autres États de l'UE.

L'objectif du Premier ministre était de faire savoir clairement que la Grande-Bretagne souhaitait "participer de manière constructive" aux discussions sur l'accord intergouvernemental entre la zone euro et les autres pays de l'UE.

La position de M. Cameron est qu'il soutient les initiatives pour une plus grande intégration budgétaire au sein de la zone euro, afin d'aider celle-ci à faire face à la crise de la dette. Toutefois, il a refusé la semaine dernière des changements du traité qui impliqueraient les 27 pays de l'UE, faisant valoir qu' il n'avait pas reçu de garanties pour l'industrie des services financiers britannique.

Le vice-Premier ministre britannique Nick Clegg a déclaré que les conséquences du veto de M. Cameron à l'UE la semaine dernière avaient été "mauvaises pour la Grande-Bretagne", et il n'a pas assisté à la session de la Chambre des Communes lundi au cours de laquelle M. Cameron a exposé devant les députés ses justifications pour cette utilisation du veto à Bruxelles.

Toutefois, le dirigeant libéral-démocrate a déclaré plus tard mercredi, au nom de "tout le gouvernement", que les ministres étaient "absolument déterminés à reprendre le dialogue avec nos partenaires européens".

"L'ensemble du gouvernement est absolument déterminé à reprendre le dialogue avec nos partenaires européens, à repartir du bon pied et à nous assurer que notre présence au coeur du marché unique, qui est pour nous un intérêt économique national essentiel, est assurée de manière appropriée au cours des semaines et des mois à venir", a-t-il dit.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis