Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.01.2012 08h44
Le Sri Lanka mécontent suite à la publication de timbres à l'effigie des Tigres tamouls en France

Le ministre sri-lankais des Affaires extérieures, G.L. Peiris, a convoqué mardi l'ambassadrice française au Sri Lanka, Christine Robichon, et a exprimé son mécontentement face aux timbres postaux émis en France à l'effigie des rebelles des Tigres tamouls.

M. Peiris a observé que ces timbres n'étaient publiés sur la demande du gouvernement français, mais qu'il était de sa responsabilité d'assurer qu'une telle publication ne se produise pas et que leur circulation soit annulée immédiatement, a déclaré le ministère des Affaires extérieures dans un communiqué.

Mme Robichon a attiré l'attention du ministre sur un communiqué de presse publié par l'ambassade française à Colombo qui affirmait que ces timbres ne faisaient pas partie du programme philatélique officiel français et n'étaient pas vendus dans les bureaux de poste de l'Hexagone.

Elle a expliqué que des individus avaient utilisé les services en ligne proposés par l'entreprise "La Poste" par le biais duquel les clients peuvent commander des quantités limitées de timbres personnalisés sous leur responsabilité et à des conditions spécifiques.

La diplomate française a ajouté que La Poste n'avait pas détecté les infractions des conditions et avait imprimé les timbres par erreur.

L'armée sri-lankaise a mis fin à 30 ans de guerre civile contre les rebelles des Tigres tamouls en mai 2009.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Nouvelles principales du 4 janvier
Sélection du Renminribao du 4 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine