Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.01.2012 14h14
Un contingent de l'Eurocorps partira pour l'Afghanistan

Un contingent composé de 150 soldats du Corps européen, va s'envoler en Afghanistan dans les prochains jours, a annoncé mercredi l'Eurocorps basé à Strasbourg.

Une cérémonie de départ de ce contingent en Afghanistan a eu lieu le même jour au quartier général du Corps européen à Strasbourg, sous la présidence du général de division Walter Spindler, adjoint du général commandant de l'Europcorps.

Selon le colonel Bruno Louisfert, chef du bureau des affaires publiques de l'Eurocorps, il s'agit de la première rotation de l'Eurocorps pour une durée de six mois, qui sera remplacée en juillet prochain par un second contingent.

Le premier contingent qui devra arriver le 12 janvier à Kaboul, où il intégrera l'état-major interarmées de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS), en retrouvant le général Olivier de Bavinchove, commandant de l'Eurocorps, déjà sur place depuis novembre dernier.

En Afghanistan, selon l'Eurocorps, ces militaires européens seront chargés de la planification et de la conduite des opérations de combat, ainsi que de la conduite du retrait progressif des forces de la coalition occidentale.

Créé en 1992 à l'initiative de la France et de l'Allemagne, le Corps européen compte aujourd'hui 5 nations-cadres (Allemagne, France, Belgique, Espagne, Luxembourg) et 5 nations associées (Autriche, Grèce, Pologne, Turquie, Italie). En cas de besoin, il peut réunir plus de 60.000 soldats.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Nouvelles principales du 4 janvier
Sélection du Renminribao du 4 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine