Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.01.2012 16h21
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?

Dix ans après sa mise en circulation officielle, l'euro affronte, le 1er janvier 2012, la pire crise de son histoire et la célébration des 10 ans de l'euro se déroule dans un contexte économique particulièrement sombre, difficile et incertain. Deux jours plus tard, c'est-à-dire le 3 janvier, le gouvernement grec déclare qu'à moins que l'Accord du deuxième prêt d'aide de 130 milliards de dollars US serait conclu dans l'immédiat avec International bonds, il y aurait risque pour la Grèce de se retirer de la Zone euro. Ainsi une décennie après la mise en circulation le 1er janvier 2002, la monnaie unique est descendue à 1,2797 dollar, son plus bas taux depuis septembre 2010 et on se demande quels genres d'autres défis se dresseront devant l'Euro et devant la Zone euro ?

La Zone euro s'est étendue et développée au cours de ces dix années et le nombre de ses pays membres s'est accru des douze au début à dix sept actuellement, alors que la population qui utilise l'Euro dépasse les 330 millions d'habitants et que la valeur de la monnaie en circulation a atteint 870 milliards d'euros, ce qui fait que l'Euro est devenu tout juste après le Dollar américain la deuxième des plus grandes et plus importantes monnaies de réserve du monde.

En tant que monnaie unique de la plupart des pays européens, l'Euro traduit et exprime le rêve de l'unification de toute l'Europe, c'est pourquoi il revêt une importance qui dépasse de loin celle d'une monnaie. La naissance de l'Euro a permis aux pays membres de la Zone euro de profiter des grands et énormes avantages procurés par l'intégration économique, car l'utilisation de l'euro diminue sensiblement le risque et le coût dus à la fluctuation du taux de change, renforce l'assimilation et la concentration du marché européen et contribue au développement du commerce entre les pays membres de la zone, tandis que le taux d'intérêt bas réduit le coût de financement des activités économiques au sein de la zone euro, ce qui fait que depuis la mise en circulation de cette monnaie, le taux d'inflation parmi les pays membres a été en moyenne seulement de 2%, ce qui a beaucoup profité aux larges masses populaires de la zone euro.

Toutefois, la crise financière internationale et la crise économique internationale, qui ont au début éclaté aux Etats-Unis et qui se sont par la suite étendues rapidement à travers le monde entier, ont brisé la prospérité superficielle de la Zone euro, ont détruit le mythe de l'intégration européenne et ont mis à nu les insuffisances, les failles et les défauts structurels qui existaient depuis le début de la conception de l'euro : établissement d'une union monétaire supranationale sans appui et soutien d'une politique budgétaire financière unifiée, ce qui a provoqué l'éclatement de la crise de la dette souveraine dans certains pays de la Zone euro et cette crise est en train de s'étendre rapidement et a tendance à gagner en ampleur en s'intensifiant et en s'aggravant. Devant cette situation, un grand tapage se déchaîne et les clameurs de « l'Euro s'écroule et s'effondre ! » et de « la Zone euro se désagrège et se désintègre » redoublent d'intensité.

Pour l'Euro et pour la Zone euro, quelles décisions à prendre et quels choix à faire pour l'année 2012 ? Voilà un grave et sérieux défi non négligeable qui se déroulera par la suite mois par mois et qu'il n'y a aucun moyen d'échapper !

La nouvelle année vient à peine de commencer que déjà l'émission d'obligations s'effectue successivement dans plusieurs pays européens, dont l'Italie, l'Espagne, la France et le Pays-Bas. Dans le cas où ce lancement gouvernemental des emprunt publics se déroule et s'accomplit de manière parfaite, la crise de la dette en Europe s'atténuera et s'apaisera, dans le cas contraire, celle-ci s'aggravera et s'empira et la menace de la fin de l'Euro et de la Zone euro à tel point que la scène politique européenne pourrait être profondément bouleversé et déstabilisé. Aux mois de février et de mars prochains, les élections présidentielles auront lieu successivement dans plusieurs pays de l'Europe, dont le Grèce et la France, et le déroulement des événements politiques mettra à l'épreuve l'opinion publique et les politiciens des pays de la Zone euro pour voir s'ils auront l'intelligence, la détermination et le courage d'affronter et de surmonter les difficultés et de traverser ensemble la situation pénible et difficile.

Vu à court terme, la crise de la dette qui persiste à ne pas se dissiper oblige les gouvernements des pays de la Zone euro à à adopter et à prendre des mesures et des dispositions de rigueur, de restriction et d'austérité, ce qui amène l'économie à entrer dans un cercle pernicieux caractérisé par un taux de chômage élevé, par la perte de confiance de la masse populaire, par la diminution d'investissements dans les entreprises, par la déflation de crédit sur le marché monétaire et par la prudence affichée par les institutions financières qui agissent avec beaucoup de précautions. Il est fort possible que la décadence et la dégradation de l'économie de la zone euro se poursuivent, mais vu du long cours de l'histoire, le processus de l'intégration européenne répond entièrement au courant historique du développement de la société du genre humain, l'Union européenne est elle-même une grande création innovatrice sans précédent, car c'est après l'apparition en Europe du premier Etat national et de la Commune de Paris, la troisième contribution que l'Europe apporte au monde entier en matière de création et d'innovation du système structurel. Comme n'importe quelle nouveauté, que ce soit l'Euro ou bien que ce soit la Zone euro, il lui faut sur le plan de l'innovation structurelle, un peu de temps pour parvenir à sa maturité en partant de zéro. L'insuccès et l'échec de l'Euro seraient le débâcle de l'Union européenne qui disparaîtrait à jamais et serait alors un grand désastre pour le monde entier. Par conséquent, les Etats membres de la Zone euro se sont lancés il y a déjà deux ans dans un grand combat pour défendre et pour protéger la monnaie unique et ce sera un combat de longue durée qui en aucun cas ne doit essuyer ni échec, ni défaite ni insuccès.

En partant de certains indices qui se montrent déjà, l'avance et le progrès de l'Euro et de la Zone euro tout en surmontant beaucoup de difficultés ne sont aucunement une illusion ni un espoir chimérique. Deux faits démontrent que le système structurel mis au point par l'Union européenne en vue de traiter et d'apporter une solution à la crise de la dette souveraine s'est bien formé et que les préparatifs sont déjà faits, c'est-à-dire que la décision a été prise au sujet de la direction et de l'orientation à suivre : Primo, pour la première fois de son histoire, la Banque centrale européenne (BCE) a lancé l'opération de refinancement à long terme LTRO (Long Term Refinancing Operation), ce qui indique que l'UE tient compte du contrôle macroéconomique en adoptant pour la première fois des mesures de stimulation anticycliques qui permettront de réduire les risques de la déflation du crédit et de l'apparition de la faillite de type Lehman Brothers dans le secteur bancaire ; Secundo, les pays de la Zone euro s'engagent à appliquer strictement et rigoureusement les « contrats financiers ». L'application de ce genre de contrats qui renoncent partiellement à la souveraineté financière nationale indique que la solution de la crise de la dette en Europe commence à dépasser le cadre technique pour accéder au plan du système structurel, ce qui sera favorable à la neutralisation et à la disparition de la crise qui pourra même être éliminée définitivement.

L'année 2012 ne sera aucunement la fin du monde, pour nous, nous souhaitons, nous espérons et nous sommes certains qu'elle ne sera également pas la fin ni de l'Euro ni de la Zone euro. Le Phénix a le pouvoir de renaître après s'être consumé sous l'effet de sa propre chaleur et nous sommes sûrs qu'après avoir apaisé les convulsions politiques et sociales l'Euro et la Zone euro deviendront plus forts et plus solides.

(Auteur de l'article : Shi Jianxun, Commentateur spécial du Quotidien du Peuple, Directeur de l'Institut d'études sur les problèmes financiers et économiques et sur les marchés boursiers et Professeur de l'Institut de l'Economie et de la Gestion de l'Université Tongji)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 5 janvier
Sélection du Renminribao du 5 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine