Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.01.2012 16h26
Quel est le but réel de la visite en Syrie du porte-avions russe ?

La Syrie, dont la situation politique intérieure était secouée, agitée et incertaine depuis de longs mois, a accueilli le 7 janvier 2012 un visiteur tout à fait exceptionnel et extraordinaire, à savoir l'unique porte-avions russe l'Amiral Kouznetsov. La visite du porte-avions russe dans ce pays à un moment aussi sensible et délicat a provoqué immédiatement toutes sortes de suppositions, de remarques et de commentaires complètement différents et opposés. Pour ce navire de guerre russe venu de loin qui a fait une longue traversée pour venir en Syrie, les autorités syriennes lui souhaitent une chaleureuse bienvenue, l'accueillent à bras ouverts, lui réserve un accueil tout à fait exceptionnel et font une propagande ronflante pour cet événement, Des fonctionnaires syriens de haut niveau, dont le Ministre de la Défense le Général Dawoud Rajha, sont même venus au port pour l'accueillir et les médias syriens déclarent que la présente visite de la flotte de la marine russe a pour but de « montrer la solidarité avec le peuple syrien ». Toutefois, des personnalités de l'armée russe répètent sans cesse que la visite en Syrie de la flotte russe menée par le porte-avions Amiral Kouznetsov a été programmée depuis longtemps, qu'elle n'a aucun rapport avec la situation actuelle dans le pays et l'arrivée de la flotte russe au port syrien de Tartous a pour seul but de se ravitailler. Quant au Chef d'Etat Major général Russe, le général Nikolaï Makarov, il a déclaré que l'apparition du porte-avions russe en Méditerranée a pour seul but de faire l'entraînement de la flotte et il a affirmé que la Russie ne dépêchera aucune force armée en Syrie. Parallèlement dans les pays occidentaux, les principaux médias publient en première pages un article qui dit que « des navires de guerre russe arrivent dans les eaux syriennes et que Moscou envisage même de combattre au côté de Damas ». Ce qui est incroyable c'est que pour rapporter le même événement, les explications et les propos sont tellement différents et contraires qu'on ne sait plus quoi penser et croire et on ne peut s'empêcher de se demander : Quel est le but réel de la visite en Syrie du porte-avions russe ?

On doit dire que les explications données par l'Armée russe devraient revêtir la plus grande autorité, car somme toute, ce devrait être les Russes qui devraient savoir le plus ce qu'ils pensent faire. A plus fortes raisons que le programme de navigation du porte-avions russe a été fixé et déterminé depuis longtemps. Mais le problème c'est qu'au sujet de nombreux problèmes internationaux d'importance, les grandes puissances agissent comme elles l'entendent et selon leur bon plaisir et souvent elles jouent le double jeu en faisant tout le contraire de ce qu'elles disent. Et elles accomplissent des choses qu'elles nient du bout des lèvres. Même si la chose a été programmée, on pourrait la changer comme on le veut en tenant compte de l'évolution de la situation. Pour ce qui est de la croisière de la flotte russe menée par le porte-avions à une telle sensible, on ne peut s'empêcher de faire des suppositions du moment qu'on est assailli par mille pensées qui traversent l'esprit.

Quant à la propagande ronflante menée par les autorités officielles syriennes, on la comprend parfaitement, car face à la grave crise politique intérieure et à la pression internationale, on se soucie le moins du monde de l'inconvenance de faire le lien entre deux choses qui n'ont aucun rapport entre elles, car au moins cela permettrait de se protéger en se donnant de grands airs pour intimider et effrayer l'ennemi et en même temps cela pourrait démontrer que le pouvoir en place est soutenue par une force extérieure d'importance, ce qui constituerait à un certain degré une entrave et une contrainte pour la pression venue de l'extérieur. Mais le problème c'est qu'il est pratiquement impossible que les explications données par les autorités syriennes s'accordent parfaitement aux visées de la Russie.

Dans le déroulement de cet événement, les principaux médias occidentaux laissent entendre leurs voix qui une fois de plus exercent une grande influence sur l'opinion publique et à un certain moment l'idée de la visite en Syrie de la flotte russe a pour but de soutenir le gouvernement syrien a pris le dessus sur les explications données par la partie militaire russe et tout comme les explications des autorités officielles syriennes, cette idée fait que tout le monde s'enfonce dans le préjugé et ne croit plus qu'à l'opinion préconçue. Dans ce cas-là, il s'est produit objectivement un effet qui rattache la Russie au gouvernement syrien et l'on est tenté alors d'exercer une pression sur la Russie.

Si l'on délaisse les idées fixes et préconçues avancées par les médias occidentaux et si l'on réfléchit sérieusement, il n'est pas difficile de constater que l'idée du soi-disant soutien russe au gouvernement syrien comporte de nombreuses lacunes et est pleine de contradictions. Bien que la Russie a manifesté auparavant à plusieurs reprises son attitude d'opposition à l'intervention armée par les forces venues de l'extérieur contre le pouvoir en place en Syrie, il faut reconnaître que ce n'est que la position constante de la politique extérieure russe et que cela répond entièrement au principe international d'action traditionnel et normal. Le porte-avions russe a persisté pour ne pas changer son programme de navigation, mais il a fait preuve de discrétion et de modération dans l'opération concrète et il n'est resté dans le port que dans un temps court puis il a quitté précipitamment le port syrien. D'ailleurs, la Russie n'a aucunement utilisé d'autres moyens de soutien plus forte et plus efficace, tels que fourniture d'armes ou bien l'envoi de forces armées, ce qui fait que l'idée du soi-disant « soutien armé » s'est écroulée de soi-même du fait qu'elle ne résiste pas devant les faits.

Objectivement parlant, quelque soit la démarche entreprise par la Russie, elle a toujours pour principal but de préserver et de protéger les intérêts stratégiques de celle-ci. Pour ce qui est du problème syrien, la chose la plus importante pour la Russie c'est de garantir, de défendre et de maintenir ses intérêts déjà acquis et non pas d'accorder tout simplement son appui à n'importe qui ou bien de s'y opposer. Sous cet angle de vue, la visite en Syrie du porte-avions russe est seulement une opération concrète en vue de renforcer la déclaration diplomatique et de faire comprendre à toutes les parties et toutes les forces concernées que quelque soit leur position à l'égard de la situation politique intérieure syrienne, elles sont invitées à ne pas toucher à la part du « gâteau » qui revient à la Russie. Par conséquent, dans le cas où il intervient un certain changement dans la situation intérieure syrienne, il serait nécessaire pour la Russie de faire auparavant une série de préparatifs pour évacuer ses ressortissants et pour protéger les biens capitaux qu'elle a investi dans ce pays. C'est pourquoi on peut dire que la croisière effectuée par le porte-avion russe a tout simplement deux buts directs à atteindre, à savoir « déclaration » et « disposition ». Ce qui mérite d'être observé et d'être suivi de près c'est de voir comment la Russie utilisera sa puissance et comment elle agira concrètement pour essayer de protéger ses intérêts nationaux. La démarche faite par le porte-avions russe pourra-t-elle atteindre les buts fixés et comment agiront les autres diverses forces pour gêner et contenir la Russie et pour la soumettre à des contraintes …… tout cela constitue des problèmes à discuter ultérieurement.

(Auteur de cet article : Chen Hu, Rédacteur en chef de la revue « Affaires militaires mondiales »)

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 9 janvier
Sélection du Renminribao du 11 janvier
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes