Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.01.2012 10h05
La porte-parole du gouvernement français refuse de spéculer sur la dégradation de la note souveraine

La porte-parole du gouvernement français, Valérie Pécresse, a refusé vendredi après-midi de "spéculer" la dégradation de la note souveraine de l'Etat français.

Selon le quotidien français Le Figaro, une source gouvernementale française a confirmé que l'agence de notation Standard and Poor's a abaissé la note du triple A de la France. Plutôt dans la journée, une source européenne a infiltré l'information, selon laquelle la note souveraine de plusieurs pays membres de la zone euro aurait été dégradée par l'agence de notation américaine.

"Je ne spécule ni dans un sens ni dans l'autre sur les décisions des agences de notation", a déclaré Mme Pécresse, ministre du Budget, sur la chaîne BFMTV.

"Aujourd'hui, la France est une valeur sûre, elle peut rembourser sa dette et les nouvelles concernant notre déficit sont meilleures que prévu", a indiqué Mme Pécresse.

"Ce que je dis, c'est qu'aujourd'hui nous travaillons pour les Français et que nous ne changerons pas de cap. Notre cap, c'est le désendettement, c'est la compétitivité de la France et c'est soutenir la croissance", a-t-elle ajouté.

L'agence Standard and Poor's menace depuis le 5 décembre dernier d'abaisser la note souveraine de 15 Etats de la zone euro, dont les six notés "triple A" (Allemagne, Autriche, Finlande, France, Luxembourg et Pays-Bas), la meilleure note qui leur permet d'emprunter à coût bas sur les marchés financiers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 13 janvier
Nouvelles principales du 9 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?