Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.01.2012 10h07
De nouvelles pressions occidentales sur l'Iran vise à renverser le régime, selon la Russie

La Russie considère de nouvelles sanctions et toute action militaire contre l'Iran comme une tentative de reversement du régime, a déclaré vendredi le ministère russe des Affaires étrangères.

D'après le vice-ministre des Affaires étrangères, Gennady Gatilov, l'aggravation de la situation autour de l'Iran est visible depuis quelques temps.

"Les sanctions unilatérales occidentales, qui dépassent les décisions du CSONU, affectent négativement la population et l'économie de l'Iran. Cela nuit aux efforts internationaux visant à résoudre le programme nucléaire iranien. Tout ce qui dépasse les limites fixées par les résolutions de l'ONU n'a rien à voir avec la non prolifération nucléaire", a rapporté l'agence de presse Interfax, citant M. Gatilov.

"D'autres sanctions contre l'Iran, ainsi qu'une possible attaque militaire contre l'Iran, ne seront certainement pas acceptées par la communauté internationale, car ces mesures poursuivent l'objectif de changement de pouvoir à Téhéran", a souligné Téhéran.

D'après le diplomate, tous les matériaux nucléaires en Iran sont sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et Téhéran a informé en avance l'AIEA du lancement de l'enrichissement d'uranium.

L'occident pense que l'enrichissement d'uranium par l'Iran pourrait avoir pour but de produire des armes nucléaires, accusations niées par les officiels iraniens.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 13 janvier
Nouvelles principales du 9 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?