Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.01.2012 14h20
La dégradation de S&P's, une bien curieuse bombe à retardement...

La dégradation de neuf pays de la Zone Euro par Standard & Poor's, peut sembler, à la première impression, un rude coup porté au moral des marchés de la Zone Euro. Pourtant, les analystes pensent que ses effets pourraient être limités.

Un moment choisi ?

Certains ont qualifié la journée de vendredi dernier de « vendredi noir », ce qui peut sembler un peu exagéré, mais qui reflète bien ce qui est en train de se passer dans la Zone Euro.

Trois nouvelles pessimistes sont tombées le même jour. Les deux autres étant l'une que les négociations sur la dette gouvernementale grecque pourraient échouer, et l'autre que l'un des membres du conseil d'administration de la Banque Centrale Européenne, Jorg Asmussen, a critiqué le paquet de mesures fiscales, qu'il juge trop faible.

Le moment choisi par Standard & Poor's pour annoncer la dégradation est quant à lui très intéressant. Le sentiment de marché de la Zone Euro était progressivement en train de remonter la pente depuis le début de l'année. La chute de la valeur de l'Euro face au Dollar semblait s'être arrêtée, les principaux indices boursiers étaient restés stables et remontaient petit à petit, et le rendement de la dette de pays importants comme l'Italie et l'Espagne avait aussi connu une baisse progressive.

Qui plus est, les ventes d'obligations des gouvernements italien et espagnol avaient été bien accueillies par les marchés, ce qui laissait entrevoir une amélioration de la crise de la dette.

Mais cette nouvelle a fait l'effet d'un pavé dans la mare, et provoqué de fortes réactions des marchés. Ces trois nouvelles, prises toutes ensemble, pourraient renverser les tendances de marché positives qui s'étaient construites au fil des jours.

La dégradation est aussi intervenue deux semaines avant le prochain sommet de l'UE, qui doit se tenir fin janvier. Pour les agences de notation, dégrader ou menacer de dégrader des pays de la Zone Euro avant un sommet est monnaie courante.

Des effets encore inconnus

La décision de Standard & Poor's a été confirmée après la fermeture des bourses européennes, mais elle avait déjà été annoncée par les médias avant, ce qui a fait chuter instantanément les indices majeurs.
Ses effets ont aussi été illustrés par l'évolution du niveau de l'Euro. La valeur de l'Euro est ainsi rapidement tombée sous la barre des 1,27 Dollar US après la confirmation, laissant croire que les effets à court terme de la nouvelle étaient relativement sérieux.

Cependant, les analystes doutent de son sérieux ou de son étendue.

« La dégradation de la note de la France et d'autres pays de la Zone Euro va probablement renchérir les coûts de financement du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Cependant, les effets pourraient être limités, car la note des pays-clés –et en particulier l'Allemagne- demeure stable avec des perspectives positives », a dit Janis Emmanouilidis, chercheur émérite en politiques au Centre Européen de Politiques, un célèbre groupe de réflexion situé à Bruxelles.
Certains analystes ont également signalé que l'intention de Standard & Poor's était déjà connue bien avant que la décision officielle ne soit annoncée, délai pendant lequel les marchés ont connu des ventes réussies de dette des gouvernement français, espagnol et italien, ce qui veut dire que les marchés étaient déjà bien préparés à cette nouvelle.

Mais ses effets pourraient cependant rester bien présents, en dépit des faits que nous venons de mentionner. « En termes plus généraux, une dégradation sape les efforts de gestion de la crise, car elle porte atteinte au processus de construction de la confiance », a précisé Janis Emmanouilidis.

Cela étant, cette décision pourrait aussi s'avérer être une épée à double tranchant. « Une dégradation, cela veut aussi dire que davantage doit être fait pour gérer, et finalement surmonter, la crise », a t-il ajouté. « La dégradation n'a pas reflété le fait que les efforts de la Zone Euro pour sortir de la crise ont déjà montré quelques résultats positifs prometteurs ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 13 janvier
Nouvelles principales du 9 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?