Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.01.2012 11h49
Yémen: L'immunité accordée au président Saleh pourrait permettre une sortie de crise (ANALYSE)

Le Parlement yéménite a adopté samedi une loi accordant au président Ali Abdallah Saleh une amnistie complète, et à ses associés une amnistie portant sur les crimes politiques.

Selon les analystes, cette loi sur l'immunité, qui a été adoptée en vertu d'un accord signé avec le Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur le transfert du pouvoir au Yémen, offre une sortie de crise politique pour le pays, mais des incertitudes subsistent néanmoins quant à son application et à ses retombées.

Abdul Ghani al-Maweri, analyste politique et écrivain, a estimé que la loi sur l'immunité pourrait mettre fin à la crise politique et aux troubles actuels, et constituait en cela une initiative positive, démontrant que la mise en œuvre de l'accord du CCG allait dans le bon sens.

M. Al-Maweri a cependant fait valoir que le succès d'une telle approche dépendrait largement de la décision de M. Saleh et de sa famille de quitter la scène politique.

"Cette loi va aider le parti au pouvoir et l'opposition à mettre en œuvre l'accord du CCG. Cependant, elle n'aura aucune valeur concrète si M. Saleh et ses proches continuent à jouer un rôle politique dans le pays", a poursuivi M. al-Maweri. "En outre, si le peuple n'accepte pas cette loi, elle ne sera d'aucune utilité, et tous les efforts pour sortir le pays de la crise resteront vains".

Mustafa Nasr, directeur du Centre des études et des médias économiques, a déclaré que la loi sur l'immunité était considérée comme la seule porte de sortie possible pour mettre fin à l'agitation actuelle, et était basée sur un consensus international selon lequel la situation au Yémen ne pouvait être résolue que par des moyens politiques.

"Néanmoins, une telle loi établit un dangereux précédent en accordant une immunité complète contre toute accusation criminelle. Elle reste pourtant une approche appropriée pour empêcher une guerre civile au Yémen", a-t-il noté.

Abdul Salam Mohammed, un cadre du Centre des études stratégiques ABAAD, a déclaré que la loi sur l'immunité était une nécessité au vu de la situation actuelle.

"En fait, cette loi est le résultat de la complexité de la situation au Yémen. Elle est une nécessité pour qu'un transfert pacifique du pouvoir et un changement démocratique puissent avoir lieu", a-t-il déclaré, ajoutant: "La loi est également une bonne chose car elle permet d'éviter non seulement une guerre civile, mais aussi d'éventuelles violences punitives après des mois de lutte populaire pour obtenir des changements au sein de la république".

Il a également averti que personne ne pouvait garantir que M. Saleh n'allait pas entraver la mise en œuvre de l'accord du CCG, dans la mesure où les actions du dirigeant, qui a gouverné le pays pendant 33 ans, continuent à montrer qu'il va essayer de revenir dans l'arène politique, ce qui pourrait fortement compromettre les chances de mettre fin aux troubles.

Par ailleurs, certains observateurs ont indiqué que le succès de la loi sur l'immunité dépendrait de son acceptation par le peuple, y compris par les protestataires qui continuent à exiger plus de changements et de libertés.

Muhammad al-Shalafi, activiste et journaliste, a déclaré que cette loi deviendrait un fardeau encombrant pour le gouvernement s'il ne réussissait pas à satisfaire les demandes du peuple.

"Si le gouvernement ne parvient pas à contenir les effets des neuf derniers mois d'agitation et à satisfaire les demandes du peuple, cette loi sera pour le peuple une bonne raison de relancer les protestations, voire de lancer un nouveau soulèvement", a-t-il affirmé.

Des manifestations appelant à traduire en justice le président Saleh et ses associés, principalement des dirigeants de l'armée et des forces de sécurité, continuent dans les villes yéménites. La communauté internationale, de son côté, ne ménage aucun effort pour mettre un terme à l'agitation actuelle par le biais d'une solution politique fondée sur l'accord du CCG.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 21 janvier
Sélection du Renminribao du 21 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?