Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.01.2012 12h01
L'UE pourrait imposer un embargo sur le pétrole iranien d'ici quelques mois (ministre danois)

L'Union européenne (UE) pourrait imposer un embargo sur le pétrole iranien d'ici quelques mois, malgré les inquiétudes sur l'impact que cette décision pourrait avoir sur les économies de l'Europe du sud touchées par la crise de la dette, a déclaré lundi à Copenhague le ministre danois des Affaires étrangères, Villy Soevndal.

Il a fait cette remarque alors qu'il se rendait à une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles, où les 27 pays membres de l'UE doivent discuter des sanctions supplémentaires contre l'Iran pour son programme nucléaire controversé.

"J'espère que nous parlons des mois, non d'une demi-année", a déclaré M. Soevndal à l'agence de presse danoise Ritzau, faisant référence à l'embargo sur le pétrole.

Un point central de la discussion des ministres de l'UE est le moment où l'UE imposera l'embargo sur le pétrole iranien.

L'Iran exporte près de 2,6 millions de barils de pétrole par jour (bpj), dont 500 000 bpj sont destinés à l'UE. Ainsi, un embargo pourrait nuire à des membres de l'UE endettés comme l'Italie, la Grèce et l'Espagne, dont les économies dépendent des importations du pétrole iranien.

La Grèce, qui souffre d'une crise profonde de la dette, importe environ 25 % de son pétrole d'Iran. Comme Athènes achète actuellement du pétrole iranien à des taux favorables, le pays aimerait qu'une période de transition plus longue lui soit accordée si l'embargo était décidé.

"Il est important de souligner que bien que la Grèce ait un problème compréhensible, cela ne doit pas bloquer les sanctions", a déclaré M. Soevndal à Ritzau.

Il a ajouté que les ministres des Affaires étrangères de l'UE discuteront du durcissement des sanctions contre le secteur financier iranien, notamment d'un plan visant à inscrire la banque centrale iranienne sur la liste des sanctions.

Sous la présidence actuelle danoise de l'UE, Copenhague veut jouer un plus grand rôle dans les affaires étrangères de l'UE, notamment dans le dossier de l'Iran qui, selon l'occident, développe une arme nucléaire en secret. Mais Téhéran insiste à déclarer que son programme nucléaire n'a que des fins pacifiques

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 21 janvier
Sélection du Renminribao du 21 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?