Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.01.2012 10h09
Pour Paris, le départ du président du Yémen est « une bonne nouvelle »

Le ministère français des Affaires étrangères a salué mercredi le départ du président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, le jugeant "indispensable" pour la réconciliation nationale yéminite.

« Pour la France le départ du président Saleh est une bonne nouvelle », a affirmé le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, avant d'ajouter que « c'est une étape indispensable pour que le Yémen retrouve le chemin de la paix et de la réconciliation nationale ».

M. Valero a relevé avec satisfaction que la réaffirmation par le président de « son engagement à respecter pleinement l'application de l'accord du Conseil de coopération des Etats arabes du Golfe (CCEAG) et à quitter ses fonctions au lendemain de l'élection du 21 février ».

Le président yéménite, dont le pouvoir est contesté par la rue depuis un an, avait, en effet, signé en novembre dernier à Ryad un accord, en vertu duquel il demeure président à titre honorifique jusqu'à l'élection présidentielle du 21 février.

Après avoir prononcé dimanche un discours d'adieu à la télévision nationale, le chef d'Etat a quitté le Yémen pour les Etats-Unis, où il doit recevoir des soins médicaux.

S'agissant du scrutin du 21 février, qui ne devrait compter qu' une seule candidature, celle de l'actuel vice-président, Abd Rabbo Mansour Hadi, le porte-parole a souligné l'attachement de la France « au caractère pluraliste et démocratique de cette élection ».

« Nous respectons toutefois la décision prise par les députés yéménites d'approuver une candidature de consensus, en la personne du vice-président Hadi, comme le prévoit d'ailleurs le plan du CCEAG, même si différents candidats pouvaient se présenter à ce scrutin », a-t-il poursuivi.

« Nous avons par ailleurs pris note du vote, en toute souveraineté, par l'assemblée yéménite du projet de loi d'amnistie le 21 janvier, qui s'inscrit dans le cadre de l'accord de transition signé le 23 novembre par les parties yéménites », a-t- il également déclaré, saluant le « processus de réconciliation nationale » inclus dans la loi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 21 janvier
Sélection du Renminribao du 21 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?