Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.01.2012 08h15
Le Conseil de sécurité discute d'un projet de résolution sur la Syrie

Le Conseil de sécurité des Nations unies a discuté vendredi à huis clos d'un projet de résolution sur la Syrie proposé par les pays arabes et occidentaux, alors que ses 15 membres permanents et temporaires restent divisés sur question de ce pays du Moyen-Orient.

Le Maroc, seul pays arabe actuellement représenté au Conseil de sécurité, a soumis le projet de résolution au Conseil lors de cette réunion, qui a débuté vendredi aux environs de 15H00 heure locale.

Le projet en question a été élaboré par les pays arabes en collaboration avec la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne.

La Grande-Bretagne et la France sont tous deux membres permanents du Conseil de sécurité. Le Maroc et l'Allemagne en sont membres non permanents.

La Russie a déjà déclaré inacceptable ce projet, arguant qu'il ne tenait pas compte de la position de Moscou. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Gennady Gatilov, a en effet déclaré vendredi à Moscou que ce projet "ne prenait pas en considération certains aspects fondamentaux de la position russe", ont rapporté les médias.

Vendredi toujours, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui est pour le moment à Davos, en Suisse, a appelé le Conseil de sécurité à s'exprimer d'une seule voix sur la question syrienne, et a invité Damas à entendre les aspirations de son peuple.

Lundi, les ministres arabes des Affaires étrangères ont proposé au président syrien Bachar al-Assad de remettre le pouvoir à son vice-président et de former un nouveau gouvernement. Mais Damas a rejeté cette proposition, estimant que ce plan faisait partie d'un "complot ourdi contre la Syrie".

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, et le Premier ministre qatariote Sheik Hamad Bin Jassim Al-Thani, devraient se rendre samedi à New York pour chercher des soutiens au plan de sortie de crise élaboré par la Ligue arabe.

La Syrie a toujours affirmé que les troubles dans le pays étaient l'oeuvre de "terroristes" et de "bandes armées financées par l'étranger". Selon le gouvernement syrien, plus de 2 000 membres de l'armée et des forces de sécurité ont été tués lors d'affrontements, tandis que les Nations unies affirment de leur côté que 5 000 personnes ont perdu la vie au cours des troubles.

La Syrie est plongée dans le chaos depuis la mi-mars dernier, après l'éclatement d'une vague de protestations anti-gouvernementales. Damas a signé le 19 décembre 2011 au Caire un protocole d'accord sur l'envoi sur son sol d'une mission d'observation de la Ligue arabe, celle-ci ayant menacé de soumettre la question au Conseil de sécurité.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Prochaine visite en Chine de Mme Merkel
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?