Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.01.2012 08h28
Réactions de la classe politique française à l' allocution télévisée de Nicolas Sarkozy (PAPIER GENERAL)

Les réactions politiques se sont enchaînées dès dimanche soir suite à l' allocution télévisée du président français Nicolas Sarkozy dans laquelle il a présenté les principales mesures visant à atténuer l' impact de la crise sur l'économie française. Des propositions saluées par la majorité et critiquées par l' opposition.

"Le président de la République a montré ce soir, en annonçant des mesures fortes, sa détermination à agir au service des Français", a déclaré dimanche soir dans un communiqué le Premier ministre François Fillon.

Il a assuré que le gouvernement "sera totalement mobilisé dans les prochaines semaines" afin que les mesures annoncées par le président "entrent en vigueur au plus vite", estimant que "pour aller chercher la croissance, il est urgent d'améliorer la compétitivité" des entreprises françaises.

"Pour Nicolas Sarkozy, la priorité est la même que celle des Français: l'emploi, l'emploi, l'emploi", a pour sa part déclaré dimanche le ministre du Travail, Xavier Bertrand.

"C'est dès maintenant qu'il faut prendre de nouvelles décisions, non seulement pour éviter l'explosion du chômage, les délocalisations, et pour se donner les moyens d'une baisse durable et importante du nombre de demandeurs d'emplois", a-t-il souligné.

Quant au secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, il a estimé dimanche que Nicolas Sarkozy a posé les "premières bases d'un vrai plan stratégique pour la France de demain. Avec certes des efforts, mais aussi une espérance".

"Le message premier du président de la République, c'est un message que nous pouvons tous partager : le principal adversaire de la France, c'est le chômage", a-t-il martelé.

A gauche, la Première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a expliqué lundi matin sur RTL qu'elle avait trouvé Nicolas Sarkozy "un peu perdu" et a critiqué des mesures prises "dans l'improvisation".

"Il a commencé en aidant les plus privilégiés, avec notamment le bouclier fiscal, et il termine en faisant payer les classes populaires et moyennes", a-t-elle souligné.

Pour Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, Nicolas Sarkozy a été "formidablement amnésique" lors de son intervention télévisée, a-t-il déclaré sur France 3.

"On a l'impression qu'il n'est pas président depuis cinq ans. Il tire des traites sur l'avenir alors qu'il n'est président que pour trois mois", a-t-il ajouté.*

Au centre, Jean-Luc Benhamias, vice-président du MoDem, a qualifié dimanche soir sur France Info l'intervention du président d' "étonnante" et a estimé que le chef de l'Etat était "extrêmement confus".

Pour Nicolas Dupont-Aignan, candidat du Partie Debout la République à l'élection présidentielle, "cette nouvelle séquence de communication a tourné au fiasco", a-t-il fait savoir dimanche dans un communiqué.

Selon lui, le chef de l'Etat a "fait la preuve de son incompétence en matière économique" en "calquant toutes ses décisions et tous ses exemples sur l'Allemagne".

Nicolas Sarkozy "s'est prêté à un exercice de communication convenu qui tend à mystifier les Français en leur faisant croire qu'il est tout entier à sa tâche de président alors que chacun voit bien qu'il est déjà en campagne", a pour sa part déclaré dimanche Eva Joly dans un communiqué.

"Il termine son mandat comme il l'a commencé": il "protège les couches aisées et se préoccupe fort peu des souffrances des Français les plus modestes", a estimé la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à l' élection présidentielle.

Enfin, pour Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, "cette politique ne vaut rien de bon pour la France. Les mots utilisés ne sont qu'un habile enfumage d'un triste et banal plan d'austérité et de soumission aux exigences du capital financier".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 30 janvier
Sélection du Renminribao du 30 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?