Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.01.2012 08h29
Cuba : la conférence nationale prône des mandats politiques limités et la lutte contre la corruption

La conférence nationale du Parti communiste cubain (PCC) a pris fin dimanche. Lors de ces assises sans précédent, le président cubain Raul Castro a plaidé pour un mandat politique à durée limitée et pour la lutte contre la corruption dans ce pays caribéen.

Au cours de cette conférence de deux jours, qui consistait à assurer le suivi du 6e Congrès du PCC tenu en avril 2011, M. Castro a appelé à la mise en place d'une limite de deux mandats politiques de cinq ans chacun pour les responsables au pouvoir, y compris le président.

Le président âgé de 80 ans avait déjà présenté cette proposition l'année dernière dans le but d'encourager les jeunes délégués et de renouveler progressivement les équipes dirigeantes du gouvernement et du Parti communiste.

S'adressant à plus de 800 délégués à la fin de cette conférence nationale, le dirigeant cubain a par ailleurs réaffirmé que le gouvernement poursuivrait "une lutte sans relâche" contre la corruption.

"Pour gagner cette bataille contre la corruption, nous devons en premier lieu l'arrêter et ensuite l'écraser sans aucune hésitation", a-t-il souligné, ajoutant que le gouvernement dévoilerait tous les détails des affaires faisant l'objet d'une enquête.

Raul Castro, qui a succédé à son frère aîné Fidel en 2006 et a officiellement pris ses fonctions deux ans plus tard, a mis sur pied un organisme d'audit pour combattre les crimes économiques et l'inefficacité des sociétés nationales.

Cette réunion historique s'est déroulée alors que le pays mène des réformes économiques visant, entre autres, à réduire le nombre d'employés dans les entreprises d'Etat, et encourageant les habitants à créer de petites entreprises privées.

En septembre, le pays a également assoupli l'interdiction en vigueur depuis 50 ans sur la vente de maisons et de véhicules entre particuliers.

M. Castro a demandé une vérification de la mise en place effective des résolutions de réforme adoptées à l'occasion du congrès de l'année dernière, réformes destinées à dynamiser l'économie atone du pays.

"J'ai le devoir d'avertir, encore une fois, que nous ne devons pas imaginer que les résolutions sont une solution magique à tous nos problèmes", a-t-il indiqué.

"Il n'y a pas de résolutions sans erreurs, mais le plus important est de les corriger", a-t-il ajouté.

En sa qualité de premier secrétaire du PCC, M. Castro a souligné qu'il était nécessaire de créer un environnement de confiance maximale, ainsi que des conditions pour l'échange des opinions dans l'esprit le plus sincère.

Toutes les opinions doivent être respectées, a-t-il indiqué, exhortant les médias à assumer leur responsabilité dans le débat en suivant strictement les principes de la véracité et de l'objectivité.

Dans son discours de clôture, M. Castro a également critiqué "les campagnes brutales" des Etats-Unis à l'encontre de Cuba, soulignant qu'elles n'affecteraient en rien la Révolution ni les Cubains "qui continueront de perfectionner le socialisme".

Il a en outre assuré que le Parti communiste cubain continuerait d'être le seul parti politique reconnu dans le pays.

"Cuba ne renoncera jamais à sa politique de parti politique unique, comme ce que prétendent des voix impérialistes, parce qu'une telle décision conduirait à la défaite de la révolution et sacrifierait l'unité du peuple", a-t-il déclaré.

Il a rejeté la possibilité d'un modèle multipartite à Cuba, affirmant : "Nous avons choisi, avec la participation et le soutien du peuple cubain, de suivre l'option d'un parti unique."

"Ce que nous devons faire est de promouvoir plus de démocratie dans notre société et à l'intérieur de notre parti", a-t-il ajouté.

La Révolution cubaine a été menée par l'ancien président cubain Fidel Castro en 1953 pour lutter contre le régime de Fulgencio Batista, qui a finalement été évincé en janvier 1959.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 30 janvier
Sélection du Renminribao du 30 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?