Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.02.2012 08h31
Washington rejette le référendum constitutionnel syrien

Une porte-parole du gouvernement américain a rejeté lundi le référendum constitutionnel organisé tout dernièrement en Syrie, en le qualifiant d'"absolument cynique".

"Nous rejetons ce référendum absolument cynique", a déclaré lundi la porte-parole du département d'Etat, Victorial Nuland, lors d'un point de presse quotidien.

La porte-parole a tenu ces propos après que le gouvernement syrien a annoncé plus tôt dans la journée que 89% des suffrages exprimés soutenaient la nouvelle Constitution.

"En fait, ce qu'il a fait là, c'est de soumettre un document qu'il contrôle à un vote sous son contrôle, pour essayer de garder le contrôle", a déclaré Mme Nuland, en se référant au président syrien contesté Bachar al-Assad.

Elle a souligné que "les armes, les chars et l'artillerie" s'acharnaient toujours à Homs et Hama ainsi que dans d'autres villes syriennes et qu'en l'occurrence, "il n'y a aucun moyen d'évaluer si le vote qui a eu lieu représente quoi que ce soit ressemblant à un référendum".

La nouvelle Constitution syrienne limite la durée d'exercice présidentiel à deux septennats, ce qui signifie que le président Bachar al-Assad devra terminer ses deux mandats en 2014 au plus tard.

Elle permet également de mettre fin au monopole du parti Baas d'Assad et de fixer un calendrier pour des élections multipartites, et elle donne aux citoyens syriens plus de liberté.

L'opposition syrienne a boycotté le référendum, le jugeant "artificiel et fabriqué de toutes pièces".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 28 février
Principales nouvelles du 28 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?