Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.03.2012 09h56
Sarkozy propose un "Buy Eurpean Act" pour protéger l'industrie de l'Europe

Le président-candidat français Nicolas Sarkozy a proposé dimanche que l'Europe se dote d'un "Buy European Act" sur le modèle du "Buy American Act" des Etats-Unis pour que les entreprises qui produiront en Europe bénéficieront de l'argent public européen.

"L'Europe qui ouvre tous ses marchés publics quand d'autres n'en ouvrent aucun, c'est non. Agir ainsi, ce n'est pas accepter le libre-échange, c'est accepter d'être une Europe passoire. La réciprocité exigée, ce n'est pas le protectionnisme, c'est la volonté d'une concurrence loyale entre les grands marchés du monde. C'est une politique qui protège les citoyens européens", a-t-il déclaré lors d'un grand meeting de la campagne électorale à Villepinte (Seine-Saint-Denis, nord de Paris)..

M. Sarkozy a cité l'exemple des Etats-Unis qui sont contraints depuis 1933 par la loi " à n'utiliser que des produits fabriqués en Amérique dans les marchés publics. "Alors, je pose solennellement la question, pourquoi ce que les Etats-Unis, pays le plus libéral du monde, s'autorisent, l'Europe se l'interdit", a dit le président français.

"Je veux m'engager totalement dans ce combat. Si dans les douze mois qui viennent, aucun progrès sérieux sur l'exigence de la réciprocité avec nos principaux partenaires n'était enregistré, alors la France appliquera unilatéralement cette règle jusqu'à ce que les négociations aboutissent", a mis en garde M. Sarkozy.

"La France exigera que désormais les PME européennes aient une part des marchés publics qui leur soit réservée", a ajouté le président-candidat français.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 10 mars
Les droits de l'homme en Chine : d'une loi constitutionnelle à une loi juridique
La Chine vote contre un prétexte pour la guerre
Même Poutine, mêmes vieilles politiques ?