Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.03.2012 10h31
La Russie accuse l'OSCE de deux poids deux mesures

La Russie accusé mercredi l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de ne pas avoir envoyé de mission de surveillance en France pour l'élection présidentielle approchante, y voyant "deux poids, deux mesures".

"L'attitude du bureau pour les institutions démocratiques et les droits de l'Homme de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) d'envoyer des observateurs dans certains pays membres et pas dans d'autres, à sa seule discrétion, est ahurissante", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

Lorsqu'il s'agit de pays de la Communauté des États indépendants (CEI), l'OSCE envoie des missions de surveillantes en rangs complets avec des centaines d'observateurs, pour surveiller toutes les étapes de l'élection; mais lorsqu'il s'agit de soi-disant "systèmes démocratiques développés", l'OSCE n'envoie qu'une équipe limitée ou pas d'équipe du tout, a déclaré le ministère.

"Ce cas n'est malheureusement qu'un nouvel exemple de deux poids deux mesures", a ajouté le ministère.

Par ailleurs, Paris avait officiellement invité le bureau à venir surveiller son élection prévue le 22 avril, a indiqué le ministère.

Lors du scrutin présidentiel en Russie le 4 mars, le Premier ministre sortant Vladimir Poutine a remporté une victoire éclatante avec 64 % des voix.

A l'issue du vote, les observateurs de la CEI et de l'Organisation de coopération de Shanghai ont salué cette élection comme transparente, légitime et démocratique.

Les observateurs de l'OSCE, en revanche, ont dénoncé un processus injuste et opaque.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 21 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation