Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.03.2012 10h18
Le dossier nucléaire iranien n'est pas une excuse pour le bouclier antimissile américain : Russie

La Russie est convaincue que le dossier du nucléaire iranien peut être résolu par la négociation, et non pas par le déploiement d'installations de défense balistiques américaines, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

« Il vaut mieux résoudre ces problèmes par la négociation et par des moyens politiques, plutôt que de tenter de se protéger d'une menace avec un bouclier quelconque, même s'il est basé sur une technologie de pointe », a déclaré M. Riabkov lors d'une conférence scientifique.

« Je ne pense pas que l'Iran, sous le coup de sanctions si sévères et alors que tous les services de renseignement du monde sont concentrés sur lui, puisse créer des armes atomiques en secret et les utiliser », a déclaré le diplomate.

Les pays occidentaux pensent qu'il n'y a pas d'autre moyen de se protéger de telles armes que de construire un système de défense antimissiles, a-t-il dit.

La Russie doit être préparée au pire, a déclaré M. Riabkov, ajoutant que Moscou continuerait de rechercher un nouvel accord avec les États-Unis.

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a déclaré jeudi que la Russie ne considérait pas l'Iran comme un ennemi, mais s'opposer à toute tentative de la République islamique de développer des armes nucléaires.

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux suspectent l'Iran de vouloir développer l'arme atomique par son programme nucléaire controversé, dont Téhéran insiste qu'il ne vise qu'un usage civil.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 23 mars
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation