Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.03.2012 13h25
Ouverture de la séance plénière du sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire

Le sommet de Séoul sur la sécurité nucléaire a ouvert mardi matin sa séance plénière à Séoul, capitale sud-coréenne.

Les dirigeants et les représentants de plus de 50 pays et de quatre institutions internationales se sont réunis à cette occasion pour discuter de la réponse au terrorisme nucléaire, de la protection des matières et installations nucléaires et de la prévention du trafic illicite de matières nucléaires.

Lors de son discours d'ouverture du sommet, le président sud-coréen Lee Myung-bak a souligné la nécessité d'une coordination internationale étroite pour renforcer le régime mondial de sécurité nucléaire.

"J'espère que le sommet de Séoul, en s'appuyant sur les réalisations faites lors du sommet de Washington, franchira une nouvelle étape dans la création d'un consensus et des plans d'action", a déclaré M. Lee.

Relevant que 1 600 tonnes d'uranium hautement enrichi et 500 tonnes de plutonium capable de produire environ 126 500 armes nucléaires sont stockées dans le monde entier, le président sud-coréen a indiqué que réduire, et finalement éliminer tous les matériaux nucléaires en vrac est une solution fondamentale pour la prévention du terrorisme nucléaire.

Selon lui, les dirigeants mondiaux ont la responsabilité de maintenir la paix et la sécurité de l'humanité tout entière. Par conséquent, ils doivent utiliser tous les moyens pour empêcher les terroristes d'obtenir des matières nucléaires.

Le président américain Barack Obama a indiqué, pour sa part, que plus de pays sont présents au sommet "pour agir, non pour parler".

Les gouvernements du monde entier sont en train d'appliquer les engagements pris lors du Sommet de Washington, sont en train d'éliminer les matières nucléaires, en prenant des mesures plus réelles et concrètes. Plus de pays sont présents au sommet pour prendre des actions, non pour parler, a souligné le président Obama.

"Je pense que nous comprenons tous qu'aucun pays ne peut le faire tout seul, et l'objectif ne sera atteint que lorsque nous travaillons en tant que communauté internationale. Ce que nous avons fait à Washington et ce que nous faisons à Séoul fera partie d'une plus grande architecture mondiale conçue pour réduire la menace du terrorisme nucléaire et continuer l'utilisation pacifique de la technologie nucléaire", a-t-il ajouté.

La session plénière se tient pendant deux heures et demie, suivie d'un déjeuner de travail et d'une autre session plénière, avant que le président sud-coréen n'organise une conférence de presse pour exposer les accomplissements de ce sommet de deux jours.

La Déclaration de Séoul, attendue ce mardi, devrait réaffirmer les engagements internationaux à réduire au minimum l'utilisation de l'uranium et du plutonium hautement enrichis et à élargir les discussions sur la sécurité nucléaire, dans le contexte de la sécurité nucléaire, suite à la crise nucléaire au Japon.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 26 mars
Sélection du Renminribao du 26 mars
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine