Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.04.2012 14h36
La Turquie appelle à une position internationale résolue sur la crise syrienne

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a appelé dimanche la communauté internationale à adopter une position résolue afin d'arrêter l'effusion de sang en Syrie, en soulignant que les résolutions de l'ONU et de la Ligue arabe (LA) fournissaient un plan pour mettre fin à la crise syrienne.

Le Premier ministre turc a tenu ces propos lors de la deuxième Conférence du Groupe des Amis du peuple syrien, qui a lieu actuellement à Istanbul, la plus grande ville de Turquie. Les représentants de plus de 70 pays y sont actuellement réunis afin d'examiner les moyens d'accentuer la pression internationale sur le régime syrien de Bachar al-Assad pour qu'il cesse les violences et accepte une transition politique pacifique.

M. Erdogan a déclaré que son pays était favorable au plan de paix proposé par Kofi Annan, l'émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie.

En revanche, le fait que le président syrien Bachar al-Assad ait par le passé manqué à honorer ses engagements laisse présager, selon M. Erdogan, que Damas risque de chercher à utiliser le plan proposé par Kofi Annan pour gagner du temps pour pouvoir poursuivre sa violente répression de l'opposition.

"Il serait inévitable que le Conseil de sécurité assume ses responsabilités et dise 'stop' au massacre en Syrie si le régime syrien ne coopérait pas. Et si le Conseil de sécurité n'assumait pas cette responsabilité historique, alors la communauté internationale n'aurait pas d'autre choix que de soutenir le droit du peuple syrien à l'autodéfense", a déclaré M. Erdogan.

De son côté, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a indiqué lors de la réunion que la Turquie continuerait à travailler pour mettre fin aux violentes attaques menées contre les groupes d'opposition en Syrie. "Nous nous engageons à apporter tout notre soutien pour mettre fin à l'effusion de sang chez nos frères syriens et pour construire un avenir meilleur pour la Syrie", a-t-il dit.

La conférence d'Istanbul fait suite à la Première Conférence du Groupe des Amis du peuple syrien qui a eu lieu le 24 février à Tunis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis