Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.04.2012 13h27
Kofi Annan salue la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité de l'ONU

Kofi Annan, émissaire spécial de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, a salué jeudi la nouvelle déclaration présidentielle adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour soutenir ses efforts visant à rétablir la paix en Syrie.

M. Annan, qui a été désigné en février pour arbitrer la paix en Syrie, s'est exprimé à ce propos lors d'un briefing à l'Assemblée générale de l'ONU via vidéo depuis Genève.

"Je salue la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité", a déclaré M. Annan. "Cette unité est cruciale pour avancer".

Plus tôt jeudi, le Conseil de sécurité a adopté la déclaration présidentielle pour soutenir l'échéance du 10 avril fixée par M. Annan pour mettre fin à la violence qui dure depuis plus d'un an en Syrie.

"Le Conseil de sécurité appelle le gouvernement syrien à appliquer urgemment et visiblement son engagement", à observer l'échéance du 10 avril pour mettre fin aux combats et à retirer ses troupes des centres de population, selon la déclaration.

La déclaration présidentielle, la troisième du genre depuis le début de la crise syrienne en mars dernier, a été rédigée par les Etats-Unis en coopération avec la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, selon les diplomates. M. Annan a exhorté le gouvernement syrien et l'opposition du pays à prendre" des mesures immédiates et vérifiables" pour amener la paix visible dans le pays du Moyen-Orient, en ajoutant "Ce n'est pas une question technique".

M. Annan, ancien secrétaire général de l'ONU, a proposé au gouvernement syrien et à l'opposition un calendrier spécifique pour mener à bien son plan de paix.

Si le gouvernement syrien respecte l'échéance du 10 avril, tous les combats dans le pays devront cesser au plus tard à 06h00 heure de Damas le 12 avril, selon M. Annan.

Concernant la situation réelle en ce moment en Syrie, M. Annan a expliqué que "la situation est fluide, il n'y a pas de front consolidé".

M. Annan a souligné l'importance d'une solution politique pour la crise syrienne, déclarant qu'il était crucial de mettre fin aux violences en Syrie pour faciliter "une transition politique syrienne menant à un système politique démocratique et pluriel, dans lequel tous les citoyens sont égaux peu importe leurs affiliations, ethnicités ou croyances, en entamant un dialogue politique entre le gouvernement syrien et l'ensemble du spectre de l'opposition syrienne".

Les Nations Unies ont déclaré qu'environ 9000 personnes avaient été tuées depuis le début de la crise en Syrie en mars 2011. Damas accuse les groupes terroristes armés d'être à l'origine du conflit, qui a tué, selon les autorités en place, près de 3000 soldats et policiers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions