Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.04.2012 13h26
Washington rejette l'indépendance du nord du Mali

Les Etats-Unis ont déclaré vendredi qu'ils ne reconnaissaient pas l'indépendance du nord du Mali proclamée plus tôt par la rébellion touareg et qu'ils soutenaient l'intégrité territoriale de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

"Nous ne reconnaissons pas la déclaration faite par le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) annonçant l'indépendance de cette région et nous réitérons notre soutien à l'intégrité territoriale du Mali", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner.

"Nous sommes du côté de l'Union africaine, de la France et des autres pays qui ont rejeté la proclamation par le MNLA de l'indépendance du nord du Mali, appelant à l'engagement indéfectible à l'unité nationale du Mali", a souligné le porte-parole dans une déclaration écrite.

La rébellion touareg du Mali a proclamé vendredi l'indépendance de l'Azawad dans le nord du pays, immense territoire aride dans lequel elle s'est battue depuis des décennies contre le gouvernement de Bamako.

Le Mali s'est trouvé divisé en deux après le coup d'Etat mené par une partie de militaires le 22 mars dernier : le nord contrôlé par la rébellion touareg et le sud sous contrôle de la junte putschiste.

Washington a rejoint les pays africains pour exercer la pression sur la junte militaire en vue du retour du Mali à l'ordre constitutionnel en suspendant une partie de son aide et en imposant une interdiction de voyager ciblant les mutins et les membres de leurs familles.

"Un Etat de l'Azawad séparé du reste du pays ne fera qu'exacerber les graves problèmes auxquels est confronté l'Etat malien", a indiqué M. Toner, qui a également appelé le MNLA à cesser toutes ses opérations militaires.

Tout en proclamant l'indépendance de l'Azawad, le MNLA a promis d'arrêter toutes les opérations militaires à partir de jeudi à minuit après avoir pris cette région sous son contrôle.

"Nous demandons instamment à tous les groupes armés de s'engager dans le dialogue avec les dirigeants civils à Bamako pour trouver la voie non violente vers les élections et la coexistence pacifique dans le pays", a exhorté le porte-parole du département d'Etat américain.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie
L'aide aux pays en développement victime de la récession mondiale
Position ferme sur les prix des maisons