Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 13.04.2012 13h51
Syrie: le gouvernement demande qu'une autorisation soit demandée pour les manifestations

Le ministère syrien de l'Intérieur a souligné jeudi la nécessité d'obtenir la permission préalable pour organiser des manifestations pacifiques.

La manifestation pacifique est un droit légitime tant qu'elle est organisée après obtention d'un accord préalable du gouvernement "afin d'assurer la sécurité des citoyens et d'exercer ce droit de manière ordonnée et civilisée", a rapporté l'agence de presse officielle SANA, citant une déclaration du ministère de l'Intérieur.

Le 21 avril 2011, le président syrien Bachar al-Assad a émis un décret mettant fin aux 48 années de l'état d'urgence en Syrie, ainsi qu'à une loi autorisant les manifestations pacifiques à condition qu'elles aient obtenu préalablement la permission du gouvernement.

Plus tôt dans le mois, la Syrie a accepté le cessez-le-feu initié par l'émissaire international de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, qui prévoit le retrait des troupes des zones habitées à compter du 10 avril et un cessez-le-feu à compter du 12 avril. L'accord prévoit également que soient autorisés les médias étrangers et les manifestations pacifiques.

La trêve de l'ONU est entrée en vigueur à 06h00 heure locale ( 0300 GMT) jeudi. Les activistes de l'opposition ont fait savoir que la situation en Syrie était calme dans les premières heures qui ont suivi la date butoir.

Dans un communiqué publié à Genève, M. Annan a déclaré jeudi qu'il était "encouragé par les informations selon lesquelles la situation en Syrie serait relativement calme et que la cessation des hostilités semble tenir".

D'après M. Annan, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon va demander immédiatement au Conseil de sécurité le déploiement rapide d'observateurs internationaux pour surveiller le cessez-le- feu.

Lors de sa visite à Moscou ce week-end, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Al-Muallem, a appelé au déploiement des observateurs internationaux pour surveiller le gouvernement et le respect du cessez-le-feu par les forces rebelles.

Burhan Ghalioum, qui est à la tête de la principale coalition d'opposition à l'étranger, le Conseil national syrien, a également appelé jeudi au déploiement immédiat des observateurs pour surveiller l'application de la trêve.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »
Commentateur du Quotidien du Peuple : soutenons fermement la juste décision du Comité central du PCC