Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.04.2012 15h56
France/présidentielle : une "guerre des meetings" entre Hollande et Sarkozy à Paris une semaine avant le premier tour (PAPIER GENERAL)

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle française, les deux candidats favoris des sondages pour s'affronter au deuxième tour, François Hollande du PS et Nicolas Sarkozy de l'UMP, ont tenu dimanche après-midi à Paris deux meetings géants destinés à donner un dernier élan à leur campagne respective.

Le candidat socialiste a fait organiser son meeting sur l' esplanade du Château de Vincennes, tandis que le président- candidat a convoqué le sien sur la place de la Concorde. Un vrai duel entre les deux rivaux dans la capitale, selon la presse locale.

Les camps des deux adversaires ont annoncé chacun la présence de 100.000 personnes à ces deux meetings spectaculaires, mais ces estimations n'ont pas été vérifiées par la préfecture de police.

S'adressant à une importante foule de partisans en effervescence scandant à plusieurs reprises le slogan "François, président" et brandissant pour la plupart des drapeux de couleur blanche sur lesquels on pouvait lire les mots "François Hollande 2012" imprimés en rouge et bleu, le candidat socialiste a déclaré : "J'entends la clameur, je mesure la ferveur, j'imagine demain le bonheur qui pourrait être le nôtre si nous parvenons à la victoire le 6 mai".

"Vous m'avez demandé de vous rassembler, c'est fait, de réaliser l'alternance, ça vient, et de réussir le changement, c' est demain", a lancé M. Hollande, sans oublier de rappeler aux Français qu'"il faut d'abord venir voter" pour "vaincre le fatalisme, la résignation et le découragement qui nourissent l' abstention".

Au même moment, sur la place de la Concorde, face à une mer de drapeaux tricolores agités par un grand nombre de partisans qui ont créé une ambiance égalant celle régnant sur l'esplanade du Château de Vincennes, M. Sarkozy a déclaré : "Prenez votre destin en main, dressez-vous, prenez la parole, dites ce que vous avez sur le coeur, dites ce que vous voulez pour votre pays, dites le haut, dites le fort, dites le maintenant".

"Je vous propose de construire un nouveau modèle de croissance, une nouvelle économie, une nouvelle ambition sociale", a lancé le président-candidat, affirmant avoir l'intention d'ouvrir en Europe un débat sur le rôle de la Banque centrale européenne (BCE) dans le soutien à la croissance.

"Après ce que nous avons fait pour sauver l'euro, je veux poser non seulement le problème des frontières mais aussi celui de la Banque centrale européenne dans le soutien à la croissance", a déclaré M. Sarkozy.

"C'est une question très importante que nous ne pourrons pas éluder (...) si l'Europe ne veut pas perdre pied dans l'économie mondiale, elle doit absolument renouer avec la croissance (...) si la Banque centrale (européenne) ne soutient pas la croissance, nous n'aurons pas assez de croissance", a-t-il dit.

Des partisans de chacun des deux camps interrogés sur place par l'agence Xinhua ont franchement exprimé leur soutien à celui pour qui ils voteront.

"Parce que je considère que c'est le meilleur (candidat) pour l'avenir de la France. Il sera élu et j'espère que le 6 mai, ce sera une très bonne chance pour la France et pour l'Europe", a déclaré un vieux partisan de François Hollande.

"Je vais voter pour François Hollande parce que je pense que c'est le président pour la France, parce qu'il faut rassembler les Français, qu'il faut qu'on soit plus solitaire entre nous, ceux qui aient de l'argent paient des impôts pour que chacun ait l'égalité des chances de réussir dans la vie et voilà pourquoi je vote pour Hollande et je veux qu'il soit élu", a dit une jeune mère favorable au candidat socialiste.

"Les sondages sont faux, il y a des gens qui disent des choses fausses, personne ne dit la vérité mais on verra bien le 22 avril et le 6 mai qui gagnera et ça sera Nicolas Sarkozy", a déclaré Roxane Rablat, affirmant qu'il croit "en ce que Nicolas Sarkozy a fait malgré tous les problèmes qu'il a pu rencontrer" et que "c' est le seul qui peut sauver la France".

"Je soutiens Nicolas Sarkozy parce que c'est un candidat qui a les pieds sur terre et qui est en phase avec la réalité et Hollande c'est un candidat qui défend une idéologie très vieille (. ..) qui paralyse la France et qui nous entraîne dans l'immobilisme. Nicolas Sarkozy est un candidat moderne, compétent et efficace. Il vit dans la France d'aujourd'hui avec les valeurs d'aujourd'hui et surtout il tient compte de la réalité", a dit Martine Paillard.

Pour des observateurs, à travers cette "guerre des meetings", le représentant socialiste veut parfaire sa course en tête, tandis que le président-candidat tente de refaire son handicap à une semaine du premier tour.

Selon les résultats de quelques sondages des intentions de vote publiés vendredi, François Hollande repasse devant Nicolas Sarkozy et arriverait en tête du premier tour de la présidentielle, mettant fin à la progression de ce dernier profitant de sa déclaration de candidature qui relance la campagne à partir du 15 février. Le candidat socialiste est toujours donné par les instituts de sondage comme largement vainqueur au second tour face au président sortant.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »
Commentateur du Quotidien du Peuple : soutenons fermement la juste décision du Comité central du PCC