Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.04.2012 08h13
Hongrie: l'opposition envisage de boycotter l'élection présidentielle

Les trois partis politiques de l'opposition parlementaire hongroise semblent être dérangés par le choix de candidat du parti au pouvoir Fidesz pour le prochain président du pays.

D'après les déclarations des trois partis mardi, l'opposition pense boycotter les élections présidentielles du 2 mai pour protester contre la candidature de Janos Ader, pilier du Fidesz.

Cependant, un boycott serait un peu plus symbolique car M. Ader sera probablement élu par une majorité des deux-tiers de députés au parlement.

"Le Premier ministre Viktor Orban a commis une deuxième erreur dans le choix du président", a souligné Attila Mesterhazy, président du parti socialiste de l'opposition MSZP, mardi.

Le précédent choix de M. Orban pour la présidentielle, Pal Schmitt, a dû démissionner après avoir été accusé de plagiat pour sa thèse universitaire. M. Mesterhazy a déclaré que M. Orban a ignoré les souhaits des Hongrois en choisissant un homme politique au lieu d'une personnalité indépendante respectée.

Le leader du parti LMP, Benedek Javor, a qualifié la prochaine élection présidentielle de "jeux", dans lesquels le Fidesz est le seul joueur.

Le président du parti d'extrême-droite Jobbik, Zoltan Balczo, a appelé à la tenue d'élection générale, expliquant que seul un vote populaire pouvait rétablir la crédibilité de la présidence suite à la démission de M. Schmitt.

Le Mouvement de solidarité hongrois, une organisation politiquement neutre, a publié un communiqué dans lequel il affirme que M. Ader, qui représente actuellement le Fidesz au Parlement européen, n'arriverait pas à porter l'unité nationale qui, d'après la constitution, est le rôle du président.

Alors que le rôle du président est essentiellement cérémonial, il doit tout de même répondre à certaines obligations. Dans certaines circonstances, le président doit même dissoudre le parlement. Plus important encore, le président peut refuser de signer des lois et les renvoyer au Parlement ou encore les renvoyer devant le tribunal constitutionnel s'il les juge inconstitutionnelles.

Etant donné qu'il est improbable qu'un homme politique exerce ces pouvoirs, il n'est pas surprenant que le Fidesz ait choisi M. Ader comme candidat à la présidentielle. M. Ader, avocat de 52 ans, est un membre fondateur du parti au pouvoir.

Le mandat du nouveau président hongrois sera de cinq ans et durera jusqu'à 2017, bien après les prochaines élections législatives hongroises prévues en 2014.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »