Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.04.2012 13h12
La croissance économique américaine ralentit à 2,2 % au premier trimestre

La croissance économique américaine a baissé à 2,2 % au premier trimestre de cette année, preuve évidente d'une reprise économique en lutte, a rapporté vendredi le département américain du Commerce.

L'estimation du produit intérieur brut avancée par le département représente une décélération par rapport aux 3 % enregistrés au quatrième trimestre 2011.

Le rythme modéré de la croissance économique reflète principalement le rythme plus lent des investissements d'entreprise.

Cependant, la forte demande des exportations et la baisse des réductions des dépenses par le gouvernement fédéral ont désarçonné la tendance.

Les investissements fixes non-résidentiels réels ont baissé de 2,1 % au premier trimestre, par rapport à une augmentation de 5,2 % au précédent trimestre, selon le département.

Le changement dans les stocks privés réels a ajouté 0,59 d'un point de pourcentage au changement du premier trimestre du PIB réel après avoir ajouté 1,81 point de pourcentage au changement du PIB du quatrième trimestre, a expliqué le département américain.

Les dépenses réelles de consommation du gouvernement fédéral et les investissements nets ont baissé de 5,6 % au premier trimestre, par rapport à une baisse de 6,9 % au quatrième trimestre.

Les exportations réelles des biens et services ont augmenté de 5,4 % au premier trimestre, par rapport à une augmentation de 2,7 % au quatrième trimestre.

Les dépenses réelles de consommation personnelle, principal moteur de la croissance économique américaine, ont augmenté de 2,9 au premier trimestre, par rapport à une augmentation de 2,1 % au précédent trimestre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine
Pourquoi la Chine accepte-t-elle d'accroître ses ressources du FMI
Le 6 mai, ce sera un duel Sarkozy-Hollande