Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.05.2012 09h29
Paris appelle à la libération immédiate du journaliste enlevé en Colombie

La France a appelé lundi à la libération immédiate de Roméo Langlois, journaliste de la chaîne de télévision France 24 enlevé le week-end dernier par les rebelles des Forces armés révolutionnaires de Colombie (FARC) lors d'une embuscade.

"Nous tenons les FARC pour responsables de la situation de M. Langlois", a déclaré Romain Nadal, porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, lors d'un point de presse, rappelant que la guérilla colombienne s'est engagée « publiquement » à renoncer aux enlèvements.

"Nous leur demandons instamment de respecter cet engagement et nous les appelons à libérer immédiatement M. Langlois", a insisté le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, affirmant que Paris et les autorités colombiennes considéraient que le journaliste français "est très probablement aux mains des FARC", "même s'il n' y a pas de revendication formelle de son enlèvement".

"Comme le ministre d'Etat (Alain Juppé) l'a déclaré hier, nous sommes pleinement mobilisés pour obtenir la libération de notre compatriote", a annoncé M. Nadal, et d'ajouter : "Nous sommes en contact étroit avec les autorités colombiennes, la famille de M. Langlois ainsi qu'avec la rédaction de France 24 pour laquelle il travaille".

Dimanche, en marge d'un meeting de l'UMP à Lyon, dans le cadre de la campagne du président-candidat Nicolas Sarkozy, le chef de la diplomatie française Alain Juppé a déclaré que Roméo Langlois " a été nelevé lors d'un affrontement entre les troupes colombiennes et les FARC" et "fait prisonnier".

Selon la presse française, Roméo Langlois, correspondant de la chaîne d'informations France 24, accompagnait une brigade de l' armée colombienne pour un reportage sur une opération de lutte contre le trafic de drogue dans une région contrôlée par les rebelles des FARC, lorsqu'il a disparu avec cinq autres soldats après une attaque des guérilleros.

Au moins quatre membres des forces de sécurité ont été tués lors de cette embuscade tendue par les rebelles dans un village dans la région de Caqueta, dans le sud de la Colombie. Le journaliste français aurait été blessé et capturé.

Originaire de Toulouse, Roméo Langlois, 35 ans, est devenu correspondant pour le Figaro au début des années 2000 puis a travaillé pour France 24.

Présent en Colombie depuis 2000, année où il est arrivé à Bogota, capitale colombienne, pour des études en sciences politiques et en communication, Roméo Langlois a réalisé de nombreux reportages d'investigation dans la région, et particulièrement sur les FARC.

Le groupe rebelle, fondé en 1964, s'était engagé, le 26 février, à renoncer aux enlèvements de civils. Il a libéré début avril dix policiers et militaires.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale
L'armée chinoise s'engage solennellement à défendre le territoire
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine