Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.05.2012 08h34
Le président libanais nie tout rapport entre les affrontements à Tripoli et la crise syrienne

Le président libanais Michel Suleiman a affirmé mardi que les affrontements qui se sont produits dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, n'avaient aucun lien avec la crise syrienne.

Dans une interview accordée au journal Al Liwaa, le président Suleiman a ainsi déclaré : "les affrontements à Tripoli n'ont rien à voir avec la crise en Syrie".

Des affrontements ont en effet eu lieu samedi entre deux communautés rivales à Tripoli, après qu'un militant islamiste, Shadi al-Mawlawi, eut été arrêté pour des contacts présumés avec une organisation terroriste.

Selon les médias locaux, le suspect serait un partisan de l'opposition syrienne, en lutte contre le régime du président Bachar al-Assad.

Le président Suleiman a sévèrement critiqué les affrontements, déclarant qu'al-Mawlawi avait été arrêté "sur la base de renseignements obtenus par les services de sécurité", et que "la justice se prononcerait sur sa libération, ce qui signifie que toutes les actions de rue demandant sa libération ne visent qu'à déstabiliser la situation".

Au moins huit personnes ont été tuées et près de 50 autres blessées dans les affrontements, selon l'agence de presse nationale libanaise NNA.

L'armée libanaise s'est déployée mardi à Tripoli pour restaurer l'ordre dans la ville suite aux affrontements.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale