Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.05.2012 08h20
France : Coup d'envoi de la campagne électorale pour les législatives

Après la présidentielle qui a porté le socialiste François Hollande au pouvoir, une nouvelle campagne électorale a débuté lundi en France : celle des législatives, dont les scrutins auront lieu les 10 et 17 juin prochain.

"Le troisième tour", titre lundi le quotidien français de gauche Libération, qui consacre un reportage à l'entrée en campagne pour un siège de député de quatre ministres du nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault, dont la ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filipetti, candidate à Metz, en Moselle (Nord-est de la France) et le ministre chargé de l' économie sociale et solidaire, Benoît Hamon, qui se présente à Trappes, dans les Yvelines, en région parisienne.

En effet, après les deux tours de la présidentielle, tout n' est pas gagné pour le président entrant François Hollande, que les Français ont élu à la tête du pays avec une majorité de 51,6% des voix.

Il faut encore que sa formation politique, le Parti socialiste français (PS), obtienne la majorité absolue au Palais Bourbon (siège de l' Assemblée nationale), soit 289 sièges sur les 577 qui composent la chambre basse du Parlement français, afin de pouvoir faire adopter sans encombre les projets de loi annoncés dans le programme de M. Hollande.

Ce sont donc pas moins de 24 ministres sur les 34 fraîchement nommés au gouvernement qui se présentent aux élections législatives. Le Premier ministre, M. Ayrault, qui se présente dans son fief, à Nantes, en Loire-Atlantique (Nord-ouest de la France), a d' ailleurs clairement indiqué que tous les ministres-candidats battus en juin perdraient leur poste.

Face au risque d' une "concentration des pouvoirs par la gauche sans précédent", comme le souligne lundi le journal Le Figaro, c' est le branle-bas de combat à l' Union pour un mouvement populaire (UMP, droite), parti de l' ancien président français Nicolas Sarkozy, qui vient de céder les rênes du pouvoir à M. Hollande.

"Tous les dirigeants de droite s' avouent (...) déterminés à voir leur camp l' emporter le mois prochain, avec à la clé une cohabitation possible", rapporte le quotidien, qui rappelle qu' en juin 1988, malgré la réélection du socialiste François Mitterrand, le PS avait dû se contenter d' une majorité relative à l' Assemblée nationale.

"Pour gagner, la droite se perd un peu", estime Libération, avant de citer les propos du centriste François Bayrou, la semaine dernière, selon lesquels la France n' avait aucune chance de se redresser si les législatives aboutissent à "une cohabitation de blocage".

Lors des législatives, en France, ce sont les 577 députés de l' Assemblée nationale qui sont élus dans le cadre d' un scrutin majoritaire à deux tours.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »