Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.05.2012 08h26
L'OTAN officialise la première phase du bouclier antimissile européen

Le chef de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a annoncé dimanche des progrès notables dans le système de défense anti-missile de l'Alliance, ainsi que la signature d'accords sur une vingtaine de programmes de défense internationaux, destinés à mettre en commun les ressources de l'Alliance dans un contexte d'austérité budgétaire.

Le bouclier antimissile de l'OTAN a atteint sa "capacité intérimaire", c'est-à-dire sa première phase opérationnelle en direction de son objectif à long terme, qui est de "fournir une couverture totale à toutes les populations, à tous les territoires et à toutes les forces associées à l'OTAN en Europe", a indiqué M. Rasmussen dimanche lors de la première journée du sommet de l'OTAN qui se tient à Chicago, aux Etats-Unis.

"Il nous aidera à nous défendre contre toute menace venue de l'extérieur de la région Euro-Atlantique", a-t-il souligné.

Cette étape cruciale signifie que les composantes du bouclier antimissile en Europe, soit les radars, les intercepteurs de missiles et les frégates Aegis, financées et construites principalement par les Etats-Unis, sont prêtes à être transférées au commandement unifié de l'OTAN, assurant ainsi une protection accrue contre les attaques de missiles.

Les procédures initales de commandement et de contrôle de l'OTAN étant en place, le président américain Barack Obama a ordonné au secrétaire de la Défense Leon Panetta de transférer le contrôle opérationnel du radar AN/TPY-2 des Etats-Unis à l'OTAN, a annoncé la Maison Blanche.

En outre, les navires de défense antimissile en Europe sont maintenant aptes à opérer sous le contrôle opérationnel de l'OTAN si nécessaire, a indiqué la Maison Blanche, soulignant que l'étape de "capacité intérimaire" devait être suivie de deux autres étapes majeures : l'étape de "capacité opérationnelle initiale" en 2015, et celle de "capacité opérationnelle complète" en 2018.

M. Rasmussen a précisé que les 28 pays membres de l'alliance avaient convenu d'une vingtaine de programmes relevant de la nouvelle doctrine de "défense intelligente" de l'Alliance, qui passe par une mise en commun des ressources, destinée à réduire les coûts dans une situation d'austérité budgétaire.

M. Rasmussen a précisé que ces programmes comprenaient également le programme de Surveillance terrestre alliée (AGS), dans le cadre de laquelle les pays membres de l'OTAN achèteront cinq drones devant être opérés par l'OTAN.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »