Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.05.2012 13h11
Les pays de l'OTAN réunis pour discuter de l'Afghanistan

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'OTAN ont entamé lundi le deuxième jour de leur sommet à Chicago, l'Afghanistan dominant l'agenda de l'événement.

Dans ses remarques d'ouverture de la session, le président américain Barack Obama a déclaré que les discussions du jour offraient l'opportunité d'assurer que les progrès en Afghanistan ne soient pas perdus.

Il a indiqué que les leaders pourraient s'entendre sur la relation à long-terme entre l'OTAN et l'Afghanistan et le soutien à apporter au pays après 2014, date à laquelle l'alliance doit transmettre la sécurité à la partie afghane.

Dans ses remarques d'ouverture, le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a déclaré que quand les forces afghanes auront repris la sécurité en main, les forces de l'OTAN ne joueront qu'un rôle de soutien, se concentrant sur l'entrainement, le conseil et l'assistance aux Afghans.

M. Rasmussen a déclaré que l'engagement de l'OTAN en Afghanistan a été pris sur le long-terme.

"A partir de 2015, nous espérons maintenir une présence de l'OTAN pour former, conseiller et assister les forces afghanes de sécurité. Et les nations de l'OTAN et de l'Isaf joueront également leur rôle pour aider l'armée et la police afghanes à atteindre leurs besoins au cours des prochaines années", a indiqué M. Rasmussen.

L'OTAN consacre la deuxième journée de son sommet à l'Afghanistan, mais l'alliance ne pourra peut-être pas coordonner entièrement un retrait progressif, car le président français récemment élu, François Hollande, a d'ores et déjà indiqué qu'il allait retirer les forces françaises d'ici la fin de l'année.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »