Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.05.2012 08h12
France/retraites : le Premier ministre souhaite l'adoption d'un retour partiel à 60 ans d'ici trois semaines

Le nouveau Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a déclaré mercredi vouloir la signature sous trois semaines du décret autorisant le retour de la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant payé 41 années de cotisation.

Il s'agit "de corriger, de supprimer une injustice pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, par exemple des gens qui commencé à 18 ans et qui ont leur 41 années de cotisation, et qu'on oblige à travailler jusqu'à 43 ans de cotisation", a déclaré M. Ayrault.

Sur la radio RTL, le Premier ministre français a précisé qu'il souhaite voir ce décret signé "dans les trois semaines".

Chiffrant la mesure à un milliard d'euros, M. Ayrault a indiqué que les trimestres correspondant aux périodes de chômage et aux majorations pour maternité "peuvent être pris en compte", sans toutefois détailler les modalités précises du mode de calcul des annuités qui sera appliqué.

Il a par ailleurs fait savoir que la mise au point du dispositif "va faire partie d'une concertation que le gouvernement tranchera", indiquant qu'il recevra le 29 mai les ministres concernés ainsi que les organisations syndicales et patronales en vue d'une "grande conférence sociale qui aura lieu avant le 14 juillet".

Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait déclaré vouloir négocier une nouvelle réforme des retraites plus "juste" et qui assure la pérennité financière du système des retraites par répartition.

M. Hollande avait promis le départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour les personnes ayant cotisé la totalité de leurs annuités, mesure chiffrée dans son programme à un milliard d'euros la première année et cinq milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »