Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.05.2012 08h29
Syrie: le chef des observateurs de l'ONU confirme un massacre dans le centre du pays, mettant en garde contre le risque d'une guerre civile

Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood a condamné samedi le massacre "tragique et brutal" commis plus tôt dans la journée dans le centre de la Syrie qui a fait plus de 90 morts, affirmant que la poursuite de la violence pourrait conduire le pays à une guerre civile.

Le général Mood a condamné fermement le massacre commis dans la région de Houla lors d'une conférence de presse à Damas.

Des bruits d'explosions et de tirs étaient entendus dans la nuit de vendredi à samedi à Houla. Il s'agissait de bombardements et des tirs d'armes lourdes, a affirmé le général, précisant que d'importantes pertes avaient été signalées à Houla.

Il a indiqué que des observateurs ont été dépêchés samedi matin dans la région, ajoutant qu'ils étaient en mesure de confirmer la mort de 32 enfants âgés de moins de 10 ans et la mort des hommes et femmes dont le nombre était estimé à environ 60 personnes.

"La mort de 32 enfants est quelque chose absolument déplorable. Le massacre des enfants et des civils doit cessez", a souligné le général Mood.

Selon lui, les circonstances de ce massacre restaient encore inconnues. Il a appelé le gouvernement syrien et l'opposition à cesser la violence sous toutes ses formes.

"Ceux qui utilisent la violence pour leur propre compte créeraient plus d'instabilité, rendraient la situation plus imprévisible et risqueraient de conduire le pays à une guerre civile", a mis en garde le chef des observateurs de l'ONU.

Les autorités syriennes ont accusé les groupes armés d'être responsables du massacre de Houla, alors que l'opposition accusait l'armée d'avoir commis le massacre.

La violence se poursuite en Syrie, malgré le déploiement de plus de 250 observateurs de l'ONU sur place pour superviser le cessez-le-feu et la mis en oeuvre du plan de paix de l'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »