Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.05.2012 08h29
L'UNICEF indigné par le massacre de 32 enfants en Syrie (porte-parole)

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a déclaré samedi que cette agence de l'ONU était indignée par le dernier massacre de 32 enfants syriens, âgés de moins de dix ans, dans ce pays arabe déchiré par les conflits.

Les observateurs onusiens en Syrie ont confirmé ce carnage dans les villages de Houla près de la ville de Homs, au centre de la Syrie.

Il a été rapporté que plus de 92 personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées dans ce que les militants ont appelé un barrage d'artillerie par les forces gouvernementales, vendredi soir. Mais les médias d'Etat syriens ont imputé ce massacre aux groupes "terroristes" armés.

La déclaration de l'UNICEF était contenue dans un communiqué de presse publié par Sarah Crowe, porte-parole du directeur exécutif de l'agence de l'ONU.

"Ce crime scandaleux contre ces jeunes enfants qui n'ont pas participé à ces batailles indique à nouveau l'urgence de trouver des solutions au conflit syrien. Un tel massacre ne pourra rester impuni", a martelé M. Crowe.

"Nos adressons nos plus sincères condoléances aux familles syriennes qui ont tant souffert au cours des 15 derniers mois de turbulences", a ajouté le porte-parole.

Plus tôt samedi, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a également condamné l'attentat.

"Le secrétaire général et l'envoyé spécial conjoint condamnent dans les termes les plus forts possibles l'assassinat, confirmé par des observateurs des Nations Unies, des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants et en blessant des centaines d'autres dans le village d'El-Houleh, près de Homs", selon un communiqué publié au nom du secrétaire général de l'ONU et de l'envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »