Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.05.2012 13h22
Le ministre français des AE s'entretient avec Kofi Annan sur la Syrie

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius s'est entretenu dimanche avec l'Envoyé Spécial Conjoint des Nations Unies et de la Ligue Arabe pour la Syrie, M. Kofi Annan, pour faire le point de la situation en Syrie, au lendemain des massacres de Houla et à la veille du déplacement de M. Annan à Damas, selon un communiqué du Quai d'Orsay.

M. Fabius et M. Annan sont convenus de rester en contact étroit, notamment dans la perspective de la tenue prochaine à Paris de la réunion du Groupe des pays amis du peuple syrien, ajoute le communiqué.

Le ministre français a déclaré samedi qu'il prend des contacts pour réunir à Paris le Groupe des pays amis du peuple syrien, "immédiatement" suite aux "bombardements de l'armée" dans la ville de Houla.

Dans une déclaration publié samedi par le Quai d'Orsay, le ministre français a indiqué que "le régime de Damas vient de commettre de nouveaux massacres. Hier, dans la ville de Houla, des dizaines de civils, dont des enfants, ont péri sous les bombardements de l'armée".

"Devant cette dérive meurtrière, que le conseil des droits de l'homme des Nations Unies vient une nouvelle fois de dénoncer, les observateurs de l'ONU doivent pouvoir achever leur déploiement pour mener leur mission et le plan de sortie de l' envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe, doit être mis en oeuvre sans délai", a appelé M. Fabius.

Il a précisé qu'il s'en entretiendrait demain avec M. Kofi Annan. "Face à l'horreur, la communauté internationale doit se mobiliser encore davantage pour arrêter le martyre du peuple syrien. Je prends immédiatement des contacts pour réunir à Paris le Groupe des pays amis du peuple syrien", a-t-il ajouté.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »