Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.05.2012 13h23
Le massacre perpétré en Syrie est un crime "épouvantable et injustifiable" (représentant syrien)

Le représentant permanent de la Syrie aux Nations unies, Bachar Jafari, a déclaré dimanche au siège de l'ONU à New York, que le massacre perpétré vendredi et samedi en Syrie, qui a causé la mort d'au moins 108 personnes selon les observateurs onusiens, était "épouvantable et injustifiable".

"Le massacre est un crime épouvantable, injustifié et injustifiable", a martelé M. Jafari devant la presse. "Ce massacre a été condamné avec la plus grande force qui soit par mon gouvernement", a-t-il ajouté.

Le représentant syrien s'est exprimé ainsi devant la chambre du Conseil de sécurité peu après la publication par les 15 membres du Conseil d'un communiqué de presse condamnant le carnage dans lequel 108 personnes, dont 32 enfants de moins de dix ans, ont été tuées.

Il a également affirmé que les responsables de ce crime seraient traduits en justice par le gouvernement syrien en vertu de la loi syrienne.

Damas a démenti dimanche l'implication des forces gouvernementales dans le massacre commis dans le village de Houla (centre de la Syrie) il y a deux jours, accusant des "centaines d'hommes lourdement armés", ayant aussi attaqué des soldats dans la région, d'être les auteurs de ces tueries.

Dans le même temps, l'ambassadeur de Syrie aux Nations unies a demandé au Conseil de sécurité de discuter du problème de ceux qui "arment, financent, entraînent et protègent les groupes terroristes armés".

Plus tôt dimanche, le Conseil de sécurité a condamné "dans les termes les plus fermes" le massacre de 108 personnes en Syrie, déclarant que les auteurs de cette tuerie devraient être sanctionnés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »