Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.05.2012 08h06
La Russie doute de la responsabilité des troupes gouvernementales syriennes dans le massacre de Houla

La Russie a émis des doutes dimanche sur la responsabilité des troupes gouvernementales syriennes dans le massacre perpétré vendredi en Syrie, qui a fait 108 morts selon les estimations de l'ONU.

Le représentant permanent adjoint de la Russie à l'ONU, Alexandre Pankine, a déclaré aux journalistes que Moscou était sceptique quant aux suggestions qui ont été faites selon lesquelles le gouvernement syrien aurait utilisé des armes lourdes telles que chars et artillerie lors des attaques meurtrières, qui ont tué au moins 32 enfants âgés de moins de dix ans.

"Nous devons établir si ce sont les autorités syriennes [...] avant de nous mettre d'accord sur quelque chose", a déclaré aux journalistes M. Pankine avant d'entrer dans la salle du Conseil pour la réunion d'urgence. "Il y a de sérieuses raisons de croire que la majorité des personnes tuées ont été soit massacrées à coups de couteaux, soit exécutées à bout portant".

"Le nombre de blessés ne correspond pas à ce à quoi l'on s'attendrait par rapport aux destructions", a ajouté M. Pankine. "Vous ne pouvez pas avoir une ou deux maisons détruites et 500 blessés par des éclats d'obus."

La Syrie a démenti dimanche toute implication des troupes gouvernementales dans le carnage perpétré dans le village de Houla deux jours plus tôt, accusant "des centaines d'hommes lourdement armés", ayant également attaqué des soldats dans la région, d'avoir commis les meurtres.

La Grande-Bretagne et la France avaient proposé de publier un communiqué de presse pour condamner l'attaque, mais la Russie a fait savoir au Conseil qu'elle n'était pas d'accord avec la proposition et qu'elle souhaitait dans un premier temps recevoir des informations du chef de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS), le général Robert Mood.

Lors de la présentation de son rapport au Conseil, M. Mood a indiqué que les observateurs de l'ONU présents sur les lieux avaient estimé à 108 le nombre de personnes tuées à Houla.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »