Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.05.2012 13h31
Le fondateur de Wikileaks sera extradé vers la Suède

La Cour suprême britannique a rejeté mercredi l'appel de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, ouvrant la voie à son extradition vers la Suède où il devra répondre de crimes sexuels présumés.

"La requête pour l'extradition de M. Assange a été faite dans les règles et son appel contre cette extradition est par conséquent rejetée", a déclaré le président de la Cour suprême, Nicholas Phillips, dans un verdict remis après un procès long de 18 mois.

La défense de M. Assange auprès de la plus haute cour de Grande- Bretagne, était que les procureurs suédois n'étaient pas à même d'émettre un mandat d'arrêt européen (European Arrest Warrant, EAW) d'après les accords multilatéraux régulant l'emploi de ce dernier.

Les juges de la Cour suprême ont estimé à cinq contre deux que les procureurs suédois pouvaient émettre des EAW, et que M. Assange devait être extradé.

A aucun moment dans les poursuites judiciaires en Grande- Bretagne, les crimes présumés qui lui sont attribués en Suède n'ont été examinés. Ses appels ont toujours été procéduraux.

Les autorités suédoises veulent interroger M. Assange sur les accusations de viol portées par une femme, et de harcèlement sexuel déposé par une autre.

L'Australien de 40 ans, qui a créé le site Internet Wikileaks, a mis dans l'embarras plusieurs gouvernements, dont les autorités américaines, en publiant des millions de télégrammes diplomatiques secrets sur Internet.

Depuis son arrestation en Grande-Bretagne en décembre 2010, M. Assange se bat contre son extradition, craignant que son retour en Suède ne mène en fin de compte à son extradition aux Etats-Unis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »