Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.06.2012 08h12
Obama discute avec des dirigeants européens de l'actualité en Europe et en Syrie

Le président américain Barack Obama a discuté mercredi des derniers événements survenus en Europe et en Syrie avec des dirigeants européens, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.

La Maison Blanche a précisé que M. Obama s'était entretenu par visioconférence avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français François Hollande et le Premier ministre italien Mario Monti.

Ils ont discuté de l'actualité européenne, prolongeant les échanges qu'ils ont eus lors du sommet du G8 à Camp David et lors d'une réunion informelle des dirigeants de l'Union européenne la semaine dernière, selon la même source.

"Les dirigeants ont convenu de rester en contact étroit alors qu'ils se préparent pour le sommet du G20 à Mexico le mois prochain", indique le communiqué.

L'administration Obama a envoyé mardi en Europe une responsable de premier plan chargée des questions économiques, afin qu'elle puisse discuter avec divers responsables, en Grèce, en Espagne, en France et en Allemagne, des plans en faveur de la stabilité économique et de la croissance en Europe. La tournée européenne de la sous-secrétaire du Département américain du Trésor pour les affaires internationales, Lael Brainard, intervient alors que la crise persistante de la zone euro continue de susciter des inquiétudes quant à l'avenir économique de l'Europe et du reste du monde.

La Maison Blanche a par ailleurs fait savoir que les dirigeants avaient également discuté des récents événements survenus en Syrie, en s'accordant à nouveau sur l'importance de mettre fin aux violences dans ce pays.

Le massacre perpétré vendredi dernier dans le village syrien de Houla a coûté la vie à 108 personnes. Certains pays occidentaux dont les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne, ont décidé de rappeler leurs diplomates encore en poste à Damas en signe de protestation contre ce carnage.

De son côté, la Chine a appelé mercredi à mener une enquête poussée sur ces meurtres de civils et à agir pour arrêter les violences.

Bachar Jaafari, représentant permanent de la Syrie aux Nations unies, a déclaré mercredi que la commission nationale d'enquête syrienne terminerait bientôt son travail d'investigation sur les événements survenus à Houla qui doit permettre d'identifier les auteurs du massacre.

Tôt mercredi, le département américain du Trésor a ajouté la Banque internationale islamique de Syrie sur sa liste d'établissements financiers soumis aux sanctions, dernière mesure en date prise par Washington dans le cadre de son plan visant à couper l'accès du gouvernement syrien au système financier international.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »