Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.06.2012 08h15
Les États-Unis imposent des sanctions à la banque syrienne SIIB

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions contre la Banque islamique internationale ( SIIB) de la Syrie, l'accusant d'avoir aidé les autres banques syriennes à échapper aux sanctions.

Le département du Trésor a accusé la banque d'agir pour la Banque commerciale de la Syrie et de fournir de services à sa filiale, la Banque commerciale libano-syrienne, deux banques qui ont été mise sous sanctions par Washington en août 2011.

La SIIB a notamment agi "comme un front" pour la Banque commerciale de Syrie, la plus grande banque commerciale du pays, pour contourner les sanctions contre elle par les Etats-Unis, l'Union européenne et la Ligue arabe, a indiqué l'agence.

L'agence a dit que la SIIB a "subrepticement" facilité le financement de près de 150 millions de dollars pour le compte de la Banque commerciale de Syrie de 2011 à 2012.

"L'action d'aujourd'hui s'ajouter à la pression économique sur le régime d'Assad en fermant une route clé d'évasion", a déclaré David Cohen, le sous-secrétaire du Trésor pour le terrorisme et le renseignement financier.

"Le département du Trésor, en collaboration avec les autres à travers le monde qui partagent notre objectif de mettre fin à la répression brutale du peuple syrien, continuera à fermer l'accès pour le régime d'Assad au système financier international", a-t-il dit dans un communiqué.

La SIIB a été établie dans la capitale syrienne de Damas en septembre 2007 et dispose de 20 agences et trois bureaux de représentation à travers le pays.

Washington et ses alliés ont fait pression sur le président syrien Bachar Al-Assad à démissionner pour céder la place à une transition politique dans son pays, comme la violence s'est poursuivie sans relâche depuis que la nation arabe a été plongée dans le chaos à la mi-mars 2011.

Washington a imposé des sanctions contre la SIIB en consultation avec le gouvernement qatari, et le gouvernement qatari est en train de prendre des actions "similaires", a déclaré le Trésor, ajoutant que "les mesures prises aujourd'hui ne visent pas les investisseurs qataris qui détiennent des placements dans la SIIB".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »