Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.06.2012 08h20
Personne ne met en œuvre le plan de Kofi Annan, selon le représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU

Le représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU, Vitali Tchourkine, a déclaré mercredi à New York que ni le gouvernement syrien ni l'opposition ne coopérait pour mettre en œuvre le plan en six points proposé par l'émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan destiné à mettre fin à la crise syrienne le plus tôt possible.

"Malheureusement, nous ne voyons pas de progrès tangibles dans la mise en œuvre du plan de Kofi Annan", a déclaré M. Tchourkine à la presse à l'issue des consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie.

"Et ce que j'ai souligné dans le cadre des consultations, c'est que pour l'essentiel personne ne met en œuvre le plan de Kofi Annan", a-t-il dit.

Mercredi, le Conseil de sécurité s'est réuni pour écouter le compte-rendu de Jean-Marie Guéhenno, adjoint du médiateur Kofi Annan, et du chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU Hervé Ladsous.

Le plan en six points, soutenu par la communauté internationale et accepté par le gouvernement syrien, demande le retrait des armes lourdes et des troupes des zones d'habitation, une suspension quotidienne des combats pour acheminer l'aide humanitaire et soigner les blessés, ainsi que des négociations entre le gouvernement et l'opposition.

Plus de 100 personnes ont été tuées vendredi et samedi derniers dans la ville syrienne de Houla, et 13 autres corps ont été découverts par les observateurs de l'ONU mardi dans la province de Deir ez-Zor, dans l'est de la Syrie.

"Il y a eu des progrès du côté du gouvernement syrien en ce qui concerne le retrait de certaines armes lourdes à proximité des villes, mais comme nous l'avons vu dimanche, dans cette horrible tragédie à Houla, certaines armes lourdes ont été utilisées pour bombarder la ville avant que ne soient ensuite commis les meurtres odieux", a déclaré M. Tchourkine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »