Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.06.2012 13h14
Massacre de Houla: les auteurs seraient 800 hommes lourdement armés (Damas)

Le massacre de Houla aurait été perpétré par quelque 800 hommes lourdement armés qui se battent contre les forces du gouvernement, a annoncé jeudi le comité d'enquête mandaté par le gouvernement syrien pour faire la lumière sur le carnage.

Lors d'une conférence de presse donnée pour annoncer les premiers résultats de l'enquête, le brigadier général Qasem Jamal Sulaiman, chef du comité d'enquête, a déclaré que les groupes armés avaient attaqué plusieurs postes des troupes du gouvernement et que les troupes gouvernementales n'avaient pas quitté leurs bases.

Les familles visées étaient sans problème et n'ont ni participé à des activités antigouvernementales, ni pris les armes contre le gouvernement, a-t-il indiqué.

M. Sulaiman a souligné que c'étaient les "premiers résultats" qui sont basés sur "les récits de témoins oculaires".

Il a affirmé que la plupart des cadavres montrés à la télévision étaient ceux des hommes armés, tués dans les affrontements avec les troupes gouvernementales.

Pour sa part, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, a déclaré que le gouvernement avait demandé au chef de la mission de supervision de l'ONU en Syrie d'examiner le site du massacre.

M. Makdissi a ajouté que le rapport final serait soumis à la communauté internationale une fois disponible.

Les récentes attaques contre Houla, groupe de villages situé à 25 kilomètres au nord-ouest de Homs, ont fait environ 108 morts, dont au moins 49 enfants âgés de moins de dix ans et 32 femmes.

Le gouvernement syrien et l'opposition s'accusent mutuellement d'être les auteurs de cette boucherie.

Damas nie catégoriquement toute implication de ses troupes dans le carnage et a accusé les groupes armés d'avoir perpétré ces meurtres, tandis que l'opposition accuse les forces du gouvernement d'avoir bombardé le village, ajoutant que les milices progouvernementales avaient fait le gros du massacre après le bombardement présumé de l'armée syrienne.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »